Logement social des jeunes: le gouvernement supprime ses subventions

Voeu présenté eau conseil municipal de Villejuif (22 mars) et au conseil communautaire du Val de Bièvre (26 mars)

L’État a annoncé son intention de mettre fin aux aides financières qu’il accorde au Comités Locaux pour le Logement des Jeunes dans le département. Dès 2012, le CLLAJ de la Plaine Centrale se verrait privé de toute subvention. La subvention prévue pour les CLLAJ du Val de Bièvre et de Choisy/Orly serait minorée en 2012 et complètement arrêtée en 2013. La subvention de l’Etat qui était de 60.000€ de 1993 à 2010, est passée à 45000 € en 2011, pour 2012 le CLLAJ doit présenter un nouveau projet pour tenter de récupérer une partie de la subvention quant à 2013 : 0€ sont annoncés.

Le CLLAJ Val de Bièvre est une association intercommunale créée en 1992 qui a pour but de faciliter l’accès au logement autonome des jeunes (18/30 ans) en démarche d’insertion et en recherche de logement. La Communauté d’agglomération du Val de Bièvre porte une attention particulière aux conditions de logements des jeunes du territoire. Le partenariat mis en place avec le CLLAJ a, de ce point de vue là, démontré toute son utilité : 670 dossiers ont été constitués en 2010 et près de 220 propositions de logements se sont traduites la même année par un accès effectif au logement pour les demandeurs.

Les menaces qui pèsent sur cette association mettent en péril ses activités.  Pourtant, dans un contexte de crise du logement, l’ensemble des partenaires doivent être mobilisés. Mais L’État se désengage de cette problématique et laisse encore une fois les collectivités locales seules pour répondre aux besoins des populations les plus fragiles.

La jeunesse de notre pays ne doit pas être la variable d’ajustement d’un plan d’austérité qui ne veut pas dire son nom. Rien ne justifie un tel désengagement vis-à-vis de notre jeunesse. Parce qu’il est  du devoir de l’État de veiller à ce que chacun, quelque soit sa situation et ses revenus, puisse se loger, et que les collectivités, qui au travers des partenariats qu’elles ont conclu avec les CLLAJ, soutiennent déjà fortement leur activité, n’ont pas à compenser les multiples désengagements de l’État ;

Nous demandons que l’État maintienne les subventions qu’il accorde aux Comités Locaux pour le Logement des Jeunes du département, dont celui du Val de Bièvre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s