En 1ère ligne contre la crise, la Région Île-de-France poursuit son investissement dans les PME et dans la formation des demandeurs d’emplois

A l’heure où l’annonce de la fermeture de la chaîne de production de PSA à Aulnay (93), rend encore plus concrète la menace qui pèse sur le tissu industriel francilien, la majorité de gauche au Conseil régional d’Île-de-France poursuit son engagement en faveur de l’emploi à travers ses financements dans les secteurs clés du développement économique et de la formation professionnelle.

Les conseillers régionaux de la majorité ont voté 29M€ d’investissement dans les  entreprises franciliennes

–       14M€ à son fonds de garantie OSEO

–       6,4M€ de subventions aux PME et PMI via le dispositif PM’UP

–       3M€ d’aides au projets innovants.

L’objectif ? Donner la possibilité à ces moteurs de l’économie francilienne d’investir pour générer emploi et croissance.

Les élus socialistes ont également attribué plus de 185 M€ de financements dans le domaine de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’alternance, autre secteur clé de l’emploi en Île-de-France.

–       Près de 20M€ seront consacrés aux aides aux apprentis et à l’amélioration de l’accès à l’apprentissage des jeunes à faible niveau de qualification qui éprouvent le plus de difficultés pour accéder à l’emploi

–       44M€ seront affectés à 31 785 primes aux employeurs d’apprentis pour inciter les entreprises à y avoir recours

–       plus de 96 M€ seront dévolus à la formation professionnelle des demandeurs d’emplois, levier capital pour permettre à ces derniers de se reconvertir et ainsi faciliter leur retour à l’emploi

–       Enfin, 22M€ seront débloqués sous forme d’aides aux stagiaires de la formation professionnelle et aux jeunes en insertion (rémunération + gratuité des transports)

Le groupe socialiste se félicite de cet engagement fort de la Région sur l’emploi en cette période. Pour Guillaume Balas, « en agissant sur les différents leviers de l’emploi francilien, la Région montre que des marges de manœuvre existent pour développer l’emploi en Île-de-France. Cet engagement est également la démonstration de la nécessité de penser l’aide à l’investissement des entreprises, emploi et formation professionnelle dans une seule et même stratégie ».

Voici toutes les mesures votées mercredi 11 juillet par le Conseil du STIF

Lire le communiqué de presse de synthèse

 

 

  • Dézonage du forfait Navigo le week-end à partir du 1er septembre 2012 et mise en place du complément de parcours 

A compter du 1er septembre 2012, les voyageurs détenteurs des forfaits Navigo mois, Navigo annuel et Solidarité Transport Mois pourront utiliser l’ensemble des transports en commun d’île de France, donc au-delà des zones de validité de leur forfait, du vendredi minuit jusqu’à dimanche minuit, avec leur abonnement habituel.

Le STIF a également demandé à la RATP et à la SNCF de préparer la mise en œuvre du titre « Complément de Parcours » qui devra être lancé dans les meilleurs délais et au plus tard le 31 décembre 2012. Ce titre, qui s’adresse aux abonnés Navigo, permet dans le cas d’un voyage hors des limites du forfait de ne régler que le complément pour la partie de son voyage hors des zones de son abonnement et non un billet origine-destination de bout en bout comme c’est le cas aujourd’hui.

Lire le communiqué de presse

  • Prolongement de la ligne 14 : déclaration d’intérêt général du projet

Le Conseil du STIF a déclaré à l’unanimité l’intérêt général du prolongement de la Ligne 14 à Mairie de Saint-Ouen visant à désaturer la ligne 13. Le prolongement de la Ligne 14 dont la maîtrise d’ouvrage est conjointement assurée par le STIF et la RATP, constitue la première étape concrète du futur Grand Paris Express. Le début des travaux est programmé pour la fin de l’année prochaine et la mise en service est prévue à l’horizon 2017.

 Lire le communiqué de presse

Lire la fiche technique

 

  • Prolongement du tramway T7 jusqu’à Juvisy-sur-Orge

Le Conseil du STIF confirme la poursuite du projet du prolongement du T7 en approuvant le schéma de principe et la convention de financement de l’avant-projet. D’un montant de 13 millions d’euros, elle porte sur la réalisation des études d’avant-projet et les premières acquisitions foncières. La simultanéité de ces décisions a pour objectif de garantir la poursuite rapide de ce projet pour une mise en service à l’horizon 2018.

 Lire le communiqué de presse

Lire la fiche technique

 

 

Le tramway Antony – Clamart sur les rails

Le Conseil du STIF approuve à l’unanimité les premières phases d’études relatives au Dossier d’Objectifs et de Caractéristiques Principales (DOCP). Le STIF va saisir dans les prochains jours la Commission nationale du débat public (CNDP) en vue de la présentation du projet au public dès 2013, étape importante dans la poursuite du projet.

Lire le communiqué de presse

Lire la fiche technique

  • T Zen 2 Sénart – Melun : avancées significatives du projet

 Le Conseil du STIF approuve à l’unanimité le bilan de la concertation sur le projet T Zen 2 Sénart-Melun et confirme la poursuite du projet en actant : le schéma de principe et la convention de financement de l’avant-projet pour un montant de 2,55 millions d’euros. La convention de financement approuvée par le STIF porte sur la réalisation de l’enquête publique, d’études complémentaires et d’études avant-projet. Début des travaux en 2014.

 Lire le communiqué de presse

Lire la fiche technique

 Par ailleurs,

 

  • Audition de M. Etienne Guyot, président du directoire de la SGP

Après les auditions des présidents de la SNCF et de la RATP, les élus du Conseil du STIF ont auditionné le président du directoire de la SGP afin d’obtenir des précisions sur l’avancement de l’ensemble des lignes du Grand Paris Express placées sous sa maîtrise d’ouvrage.

Le Conseil du STIF, en qualité d’autorité organisatrice des transports franciliens et garant du service public, a également rappelé son attachement à une bonne intégration de ces nouvelles lignes de métro dans l’ensemble du réseau de transport d’Île-de-France.  Ainsi par exemple, elles doivent respecter les normes franciliennes d’information pour les voyageurs, d’accessibilité ou encore d’intermodalité (installation de parcs relais, de parcs vélos …).

Par ailleurs, le STIF a demandé à la SGP de s’engager sur :

–            L’interopérabilité entre les lignes Rouge et Orange, et la réalisation des infrastructures nécessaires pour la réalisation des scénarios d’exploitation plébiscités par la Région Île-de-France et les Conseils généraux de Seine-Saint-Denis, du Val de Marne et de Seine et Marne.

–            La bonne prise en compte de l’impact des nouvelles lignes. Pour les stations d’interconnexion, les flux supplémentaires générés par ces lignes auront inévitablement des impacts sur les infrastructures des gares existantes, sur l’exploitation et la desserte actuelle qui doivent être correctement évalués.

–            Des garanties techniques et de calendrier

–            Une information plus complète et plus régulière sur l’ensemble des sujets, auprès du STIF.

Grand Paris : les élus socialistes franciliens se félicitent des engagements pris par Cécile Duflot pour garantir la cohérence entre le SDRIF et les CDT

Lors de la discussion au Sénat de la loi d’abrogation de la majoration de 30% des droits à construire, Vincent Eblé, Sénateur et Président du Conseil général du 77 a interrogé hier la Ministre de l’Egalité des Territoires et du Logement, sur la mise en œuvre des Contrats de Développement Territoriaux (CDT) et leur articulation avec le Schéma directeur de la Région Île-de-France (SDRIF).

Les CDT sont des contrats liant l’Etat et les communes et qui ont pour vocation d’accompagner la réalisation des projets urbains autour des gares du futur métro automatique du Grand Paris Express.

Depuis le vote de la loi Grand Paris, les élus socialistes du Conseil régional d’Ile-de-France n’ont cessé de s’exprimer contre l’exclusion de la Région et des Départements franciliens de l’élaboration de ces contrats et de leur manque de cohérence globale avec la stratégie régionale d’aménagement.

Dans la droite ligne de la position des Conseillers régionaux socialistes, Vincent Eblé a défendu la nécessité d’une cohérence entre SDRIF et CDT en demandant :

–       de rétablir la conformité des CDT avec le SDRIF

–       de décaler de quelques mois le calendrier d’élaboration des CDT, après celui de la révision du SDRIF dont le projet sera débattu en Conseil régional le 25 octobre 2012.

–       de permettre aux Départements et à la Région d’être signataires des contrats.

Dans sa réponse, la ministre du Logement et de l’Egalité des territoires a assuré qu’un nouveau projet de loi était en préparation visant précisément à allonger le calendrier des CDT et restaurer la primauté juridique du SDRIF sur ces contrats.

Guillaume BALAS, président du groupe socialiste au Conseil régional d’Île-de-France se « félicite que la réponse apportée par la Ministre rejoignent pleinement nos positions. Ce projet de loi en préparation témoigne de la réalité du nouveau partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales franciliennes. En s’engageant à faire des CDT des outils de mise en œuvre du SDRIF, la Ministre redonne toute sa place à l’institution régionale et garantit ainsi la cohérence de l’aménagement de l’Ile-de-France ».

Dézonage partiel et complément de parcours : la nouvelle politique de tarification des transports franciliens est sur les rails

Les conseillers régionaux socialistes siégeant au Conseil d’administration du Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) viennent de voter de nouvelles mesures tarifaires permettant d’améliorer les trajets quotidiens des Franciliens en transports en commun.

 

Conseil d’administration du STIF du 11 juillet 2012

Communiqué de presse du groupe socialiste au Conseil régional d’Île-de-France

Dès septembre 2012, les pass Navigo seront dézonés les week-ends et jours fériés. Cette réforme permettra aux abonnés de voyager sur leur temps libre gratuitement partout en Île-de-France.

A partir de décembre prochain, le complément de parcours sera mis en place, il permettra aux détenteurs d’un pass Navigo qui sortent exceptionnellement de leurs zones habituelles de ne payer qu’un supplément pour le parcours effectué hors zone et non plus depuis leur point de départ comme tel est le cas aujourd’hui.

Pour Philippe Sainsard, conseiller régional et administrateur STIF : « Notre soucis était de proposer une première étape vers une tarification plus juste socialement et mieux adaptée aux déplacements du quotidien des Franciliens. Comme nous nous y sommes engagés en décembre 2011, ces mesures tarifaires sont des étapes d’une réforme globale de la tarification en Île-de-France qui doit aboutir en 2014 à la mise en place des unités transports. Grâce à cette réforme, les Franciliens paieront pour les trajets qu’ils font réellement. Et le prix des trajets variera selon de nombreux critères : heure de pointe/heure creuse, ligne saturée, vitesse, qualité du service, etc. »

Et Guillaume Balas, président du groupe socialiste d’ajouter : « Compte tenu de l’évolution des déplacements en Île-de-France, la tarification zonale n’est plus adaptée. En effet, les déplacements ne font plus de façon radiale de ou vers la capitale parisienne, mais beaucoup plus de façon circulaire autour de Paris. C’est ce constat qui a poussé les élus socialistes de la Région Île-de-France à proposer un nouveau réseau de transports autour de Paris, le réseau Grand Paris Express. Il est donc nécessaire d’accompagner ces investissements futurs d’une nouvelle tarification, ambitieuse et adaptée aux déplacements de Franciliens. »