Politique Régionale en faveur du développement des nouveaux véhicules urbains

Mon intervention pour le groupe socialiste en séance du Conseil régional

Mes chers collègues,

Le Rapport qu’il nous est proposé ici de voter est à la croisée de plusieurs considérations politiques majeures pour l’Ile-de-France.

En effet, suite à l’amendement budgétaire du Groupe Socialiste et Républicain de décembre dernier, soutenu par l’ensemble de la majorité, voici le rapport cadre qui va nous permettre d’agir concrètement pour amorcer un nouveau modèle de mobilité, et au delà, le développement de l’industrie francilienne. C’est tout simplement l’un des points structurants de notre action, en faveur d’un nouveau modèle de développement.

C’est une grande 2ème étape, après Autolib, que nous avions largement soutenu et dont le succès aujourd’hui dans la Petite couronne est manifeste puisqu’Autolib compte aujourd’hui 130000 abonnés et j’en connais beaucoup dans le Val de Marne qui ont fait le choix de ce mode de déplacement en cédant leur véhicule personnel.

Nous sommes beaucoup à être convaincus que la transition énergétique, notamment avec les nouveaux véhicules urbains, permettra à une industrie naissante de s’imposer comme une source majeure de croissance économique, donc de création d’emplois. C’est notre responsabilité que de contribuer à l’essor d’une industrie francilienne de pointe reconnue mondialement. Cela veut dire concrètement des usines et de l’emploi en Ile-de-France, qui plus est dans une industrie vertueuse.

Mais pour réussir ce pari, pour générer le basculement de la confiance de nos concitoyens dans l’achat et l’usage de ces véhicules moins polluants pour l’atmosphère, moins bruyants, plus légers et moins gourmands, il nous faut mettre en place un ambitieux maillage de bornes de recharge. C’est l’autonomie des batteries, la peur de la panne, et l’accessibilité aux bornes collectives de charge qui freinent aujourd’hui nos concitoyens. Il est donc de bonne politique publique que de susciter la confiance, faciliter l’usage, et agir concrètement pour que les habitudes puissent être changées.

Lever les freins qui viennent aujourd’hui limiter le recours aux véhicules électriques et aux motorisations hybrides s’inscrit aussi dans une réflexion plus globale en terme de mobilité durable.

En effet, nombreux sont aujourd’hui les franciliens à être encore captifs des véhicules individuels pour leur déplacement entre leur domicile et leur lieu de travail. Et si nous investissons massivement en faveur des transports collectifs, nous devons aussi être à la pointe des propositions, en terme d’infrastructures, pour ceux qui n’ont pas encore le choix.

Car ce qu’il y a aussi en filigrane dans notre proposition, c’est une réflexion de fond concernant les fractures territoriales. La encore, l’un des facteur de succès de cette politique, c’est de faire en sorte que l’usage potentiel des nouveaux véhicules urbains ne se limitent pas à un hyper centre.

Ce succès ne peut se consolider dans le temps et dans notre géographie, que si l’on accompagne l’Auto-partage, le recours des particuliers aux véhicules électriques, et le renouvèlement des flottes professionnelles. Dans le même esprit, nous veillerons à stimuler l’usage de l’ensemble des modes de déplacements, véhicules électriques, scooters, minibus, véhicules utilitaires légers, vélos à assistance électriques, et bien évidemment la démarche de covoiturage.

Notre chance, mes chers collègues, c’est que l’échelon régional est là encore un territoire propice, par sa dimension, par ses mobilités pendulaires, mais aussi par l’état d’esprit des franciliens, eux mêmes prompt à oser, à s’organiser, à accepter le changement quant il est protecteur de notre environnement et facilitateur de leur vie quotidienne.

Pour ce faire, la stratégie régionale que nous proposons, s’appuie sur la prise de responsabilité des industriels, des particuliers, et des pouvoirs publics. C’est l’esprit des dispositifs proposés. L’aide au développement du réseau de bornes de recharges collectives par le cofinancement avec les collectivités, le soutien aux stations de compression au gaz naturel et au biogaz, l’aide au développement des réseaux de véhicules de services à usages partagés.

L’accessibilité sans abonnement, l’universalité des bornes, leur adaptabilité doivent être les lignes directrices de nos propositions. De même la visibilité de ces bornes de recharge doit marquer les esprits.

L’ingéniosité de notre stratégie réside aussi dans son lien avec les propositions qui seront faites lors de cette séance sur le développement de la méthanisation. Nos actions concertées, la mise en synergie des politiques régionales, vont faire émerger un premier maillage de station de compression au gaz naturel et biogaz, premier acte facilitateur pour le renouvellement des flottes professionnelles, notamment dans les activités logistiques.

L’accroissement inéluctable du prix des matières premières, les problématiques de santé publique que ne manqueront pas d’entrainer à long terme la dégradation de la qualité de l’air que nous respirons, l’incessante obsession du bruit pour les populations les plus exposées,  toutes ces raisons suffisent à elles seules pour que nous prenions la décision d’accélérer le pas.

C’est pour cela que nous appelons l’ensemble des groupes politiques de cette assemblée à voter ce rapport. Dès lors que l’effet dominos est enclenché, nous sommes collectivement dans l’obligation de réussir.

Je vous remercie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s