Révolutionner le réseau des bornes de recharge des nouveaux véhicules urbains (NVU), un pas décisif pour oxygéner notre territoire et renforcer une industrie francilienne de pointe

Communiqué du groupe socialiste et républicain au Conseil régional d’Île-de-France

Sur proposition du Groupe Socialiste et Républicain, voté à l’unanimité par le Conseil Régional, l’Île-de-France va se doter d’un réseau inégalé de bornes collectives de charge à destination des véhicules électriques.

A terme, notre objectif vise l’installation de 16 000 points de recharges accessibles au public sur la voirie. A l’horizon 2020, ce seront près de 400 000 véhicules électriques qui devraient circuler en Île-de-France. L’accessibilité sans abonnement, l’universalité des bornes, leur adaptabilité seront les lignes directrices de nos propositions.

Par son ampleur et son ambition, ce projet de soutien aux collectivités va poursuivre la levée des freins qui viennent aujourd’hui limiter le recours aux véhicules électriques et aux motorisations hybrides. Augmenter l’autonomie, chasser la peur de la panne, et générer la confiance des particuliers et des flottes professionnelles dans l’achat et l’usage de véhicules moins polluants pour l’atmosphère, moins bruyants, plus légers et moins gourmands, tout en protégeant notre environnement.

Mais cette révolution silencieuse et décarbonée, c’est aussi et surtout une formidable opportunité de développement d’un industrie francilienne de pointe. Les nouveaux véhicules urbains fabriqués en Ile-de-France permettront l’émergence d’une source majeure de croissance économique, donc de création d’emplois. Cela veut dire concrètement des usines et de l’emploi en Ile-de-France, qui plus est dans une industrie vertueuse et exportable.

En complément de nos investissements massifs à destination des transports collectifs, et de la mise en place du plus grand réseau mondial d’auto partage avec Autol’lib, notre Région va franchir un pas supplémentaire et décisif vers un nouveau modèle de développement et de mobilité.

Créer de l’emploi industriel, susciter la recherche de pointe, se doter d’infrastructures collectives, assainir l’atmosphère, limiter l’incessante obsession du bruit, réduire les fractures territoriales en étendant notre réseau au delà de l’hyper centre, il apparaît clairement que chacune de ces raisons auraient suffit à elle seule pour s’assurer de l’intérêt de cet investissement public. Dans la droite ligne d’un modèle keynésien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s