Débat au Parlement européen sur la libre-circulation des personnes

Dans le cadre de la ‘mini-session’ plénière au Parlement européen à Bruxelles cette semaine, les eurodéputé-e-s ont débattu de la libre-circulation des personnes, sujet plus que jamais d’actualité.

Il s’agissait de discuter d’un amendement à un Protocole de l’Accord sur l’Espace économique européen (qui regroupe les 28 États-membres de l’Union européenne, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein). Ce texte vise à intégrer à l’Espace économique européen les actions financées par le budget de l’UE en 2014 dans le domaine de la libre-circulation des travailleurs, de la coordination des régimes de sécurité sociale et des actions en faveur des migrants, y compris ceux des pays tiers.

Le débat, en apparence de nature technique et procédurale, a été honteusement instrumentalisé par le FN et leurs alliés de l’extrême-droite sur leurs thèmes de prédilection : la libre-circulation des personnes et les migrations. Ne laissons pas ces chantres de la haine saper les acquis fondamentaux de l’Union européenne. Voici ma déclaration écrite sur ce débat :

« Cet amendement, qui intègre à l’Accord sur l’Espace économique européen les projets financés par l’Union européenne pour la libre-circulation des travailleurs et les actions en faveur des migrants, accompagne le renforcement des droits économiques et sociaux en Europe.

Les travailleurs migrants, y compris ceux des pays tiers, doivent pouvoir faire valoir leurs droits en matière de sécurité sociale, et accéder plus facilement au marché du travail européen. Il est indispensable que l’UE, avec les pays de l’Espace économique européen, finance des projets en ce sens.

De nombreuses voix s’élèvent en Europe pour restreindre la libre-circulation des personnes, une liberté pourtant fondamentale sur laquelle notre Union s’est construite. L’idée de porter atteinte à cette liberté est insupportable, car c’est vouloir reformer des barrières au sein de l’Europe, et nous refermer sur nous-mêmes.

Arrêtons de pointer du doigt les travailleurs migrants en Europe comme responsables de la crise. Au contraire, la mobilité et l’ouverture contribueront à réorienter l’Europe sur le chemin de la croissance, grâce à la mutualisation des compétences et l’enrichissement de nos économies à de nouveaux talents. Contre la rhétorique du rejet et de la haine de l’autre, l’Europe doit rester forte pour défendre la libre-circulation des personnes tout en continuant à s’ouvrir vers le monde. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s