Trafic des êtres humains : « l’UE doit accorder des permis de séjour aux victimes »

Communiqué du Groupe S&D

Les socialistes et démocrates européens ont appelé les États-membres de l’UE à pleinement mettre en place la stratégie de l’UE pour 2012-2016 en matière de lutte contre le trafic des êtres humains, alors que le nombre de victimes reste scandaleusement élevé.

Suite à la présentation du rapport à mi-parcours de la Commission sur cette stratégie de l’UE aujourd’hui au Parlement européen, le Groupe S&D a exhorté les gouvernements européens à accorder des permis de séjour aux victimes du trafic d’êtres humains et à offrir un appui financier accru aux ONG qui fournissent une assistance juridique gratuite.

De surcroît, les S&D ont prié instamment l’UE et ses États-membres de ratifier la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (connue sous le nom de Convention d’Istanbul).

Tanja Fajon, vice-présidente du Groupe S&D, a déclaré :

« Le trafic des êtres humains, souvent lié au crime organisé, dans l’UE et le reste du monde, constitue une violation grave des droits fondamentaux. Nous avons besoin d’une approche intégrée et cohérente, qui protège les victimes et punit les criminels.

L’exploitation économique et sexuelle est une honte pour l’Europe, et porte atteinte à la dignité des êtres humains. Le Groupe S&D a régulièrement demandé à la Commission européenne d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour empêcher le trafic des êtres humains et de garantir une collecte de données comparatives détaillées en la matière ».

Marie Arena, porte-parole du Groupe S&D sur les droits des femmes et l’égalité des genres, a déclaré :

« Nous devons poursuivre nos efforts tant au niveau européen que des États-membres pour mettre fin au trafic des êtres humains, en mettant l’accent particulièrement sur les femmes, qui représentent 80% des victimes.

Les États-membres de l’UE doivent se concentrer sur les victimes en leur offrant une protection et un soutien, notamment en leur donnant un accès effectif à la justice et en leur accordant des permis de séjour. »

Le lien vers le rapport à mi-parcours de la Commission:

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-is-new/news/news/docs/20141017_mid-term_report_on_the_2012-2016_eu_strategy_on_trafficking_in_human_beings_en.pdf

Principales constatations du rapport

Victimes

  • 30.146 victimes ont été identifiées dans les 28 États-membres de l’UE entre 2010 et 2012. Les autorités nationales progressent pour identifier et entrer en contact avec les victimes du trafic.
  • 80% des victimes sont des femmes.
  • 16% des victimes sont des enfants. Parmi ces enfants, plus de 1.000 d’entre eux sont victimes d’exploitation sexuelle.
  • 69% des victimes sont exploitées sexuellement, parmi lesquelles 95% de femmes.
  • 71% des victimes exploitées économiquement sont des hommes.
  • 65% des victimes sont des citoyens européens.

 

Trafiquants

  • 8.551 poursuites pour trafic d’êtres humains ont été signalées par les États-membres sur la période 2010-2012.
  • Plus de 70% des trafiquants sont des hommes. C’est le cas pour les trafiquants suspectés, poursuivis et condamnés.
  • 3.786 condamnations pour trafic d’êtres humains ont été signalées par les États-membres sur la période 2010-2012.

 

Pour en savoir plus :

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-is-new/news/news/docs/20141017_working_paper_on_statistics_on_trafficking_in_human_beings_en.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s