Visite du site d’Airbus des Mureaux

Le 19 février, j’ai visité le site d’Airbus aux Mureaux et plus particulièrement avec l’équipe d’Airbus Safran Lounchers (ASL). Le site s’étend sur 92 hectares dont 30 dédiés aux nouveaux projets et notamment Ariane 6.

La division « Defense & Space » d’Airbus emploie 40 000 personnes et se divise en 7 branches : Défense , Mobilité , Technologie , Connaissance(Exploration) , Environnement , Communication , Sécurité. L’implantation de la division Defence & Space est dense en Europe (principalement en France et en Allemagne). Le site lui-même emploie 2248 personne dont 24% de femmes et 75 personnes handicapées. La moyenne d’âge est de 43 ans et l’ancienneté moyenne de 15 ans

La particulier du groupe européen est à la fois de concevoir fabriquer et vendre des lanceurs (à destinations institutionnelles ou commerciales) mais aussi de proposer un site de lancement fiable (Kourou en Guyane) et d’avoir ainsi une véritable indépendance (contrairement à l’entreprise russe qui envoie de plus en fréquemment ses fusées depuis Kourou. Cette indépendance est mise en avant dans les perspectives du programme Ariane 6.

Le site tire parti de la présence de la Seine (transports de structures ne pouvant être transportés que par voie fluviale, les corps de fusées notamment vers le Havre).

La restructuration et la modernisation du secteur Defence and Space d’Airbus a permis une réduction de 40% des coûts d’Ariane 6 comparé au programme Ariane 5. Le programme Ariane 5 étant déjà extrêmement compétitif puisqu’il propose des lanceurs ayant une capacité de double charge ( 2 satellites par lancement). Ils s’appuient aussi sur des logiciels de vols et d’analyse en temps réel des missions qui permet une optimisation maximale. En outre, la forte collaboration existant entre les secteurs défense civil assure une excellence dans le développement des nouvelles technologies.

Recrutement et formation des jeunes

La voie privilégiée est l’apprentissage pour tout ce qui est de l’ordre de la fabrication.

Airbus a mis en place un programme pour accompagner des jeunes issus de milieux défavorisés vers les études supérieures. Ils agissent aussi en partenariat avec les établissements du secondaire du secteur. Ainsi, un projet inter-college  a été mis en place dont la finalité est la construction d’une maquette de fusée (à grande échelle) pour promouvoir l’aspect « Spatial » de la ville des Mureaux.

Focus sur Airbus-Safran Launchers :

La réorganisation des 2 équipes a été lancée le 3 décembre 2014. elle est composée de 450 personnes dont 2/3 ex-Airbus et 1/3 ex-Safran (Snecma/Herakles). La division issue de Safran est en charge de la production tandis que celle issue d’Airbus s’occupe de la programmation des commandes, de l’analyse et du contrôle de qualité

A terme ASL compte employer 8000 personnes.

Les autres sites  d’ASL sont en France et en Allemagne :

Vernon => moteurs cryo , Vulcain , HM7b et Vinci

Le Haillon(ex-Herakles) => tuyères de boosters , missile M51

Saint médart

Kourou => lancements Ariane

Brême , Lanpoldshausen , Ottobrum => essais moteurs

Commercialisation de l’espace

Ariane 5 répond principalement à des commandes émanant du secteur privé. La préoccupation actuelle est donc d’accroître le nombre de lancements institutionnels de la part des Etats membres de l’UE. Ariane 5 a remporté 63 succès consécutifs depuis 2002 à raison de 6/7 tirs par an. Ariane capte ainsi 50% du marché en duopôle avec Facon 9 (USA).

Lors de la visite j’ai pu observer le centre d’usinage David et Goliath permettant l’usinage dans la masse des pièces du lanceur. Le défi consistant à rechercher toujours plus de précision en limitant les soudures (et donc le poids et les risques d’imperfection). Les pièces sont usinées le plus finement possible pour répondre aux exigences des différentes commandes : ex pour un bloc de matière brut d’une épaisseur de 10 cm la précision d’usinage doit être au 10ème de mm près pour les contrats civils et au 100ème de mm pour les contrats militaires.

L’obsession principale est l’optimisation de la masse c’est-à-dire de ne pas utiliser plus de matière que nécessaire pour le corps du lanceur (tout en gardant une marge de sécurité) pour maximiser la charge utile. Ensuite, la conformité de chaque pièce est vérifiée au moyen d’un scanner 3D très précis qui repère des milliers de points sur la pièce et permet de dire avec certitude si la pièce est parfaitement adaptable (pas d’ajustement possible à l’assemblage).

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s