« La migration n’est pas un problème à résoudre, mais une réalité avec laquelle il faut composer », W. Lacy Swing

Une nouvelle audition s’est tenue ce mardi 26 mai en commission LIBE sur la situation en Méditerranée et la nécessité d’une approche globale de l’Union européenne pour les migrations. Ce débat a porté sur la coopération avec les pays d’origine et de transit des migrants et la dimension extérieure des migrations, à travers les programmes de partenariats régionaux, les politiques de réinstallation et de retour, ou encore la politique de développement.

J’ai particulièrement apprécié l’intervention du Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), William Lacy Swing. Il a affirmé très justement que la migration est souhaitable, et que ce n’est pas « un problème à résoudre », mais bien « une réalité avec laquelle il faut composer ». C’est un phénomène mondial qui n’est pas cantonné à l’Union européenne et aux rives de la Méditerranée.

La Méditerranée est une « mer en pleine tempête ». Face au niveau extrême de migrations forcées, causées par des conflits incessants et catastrophiques, nous n’avons pas vraiment développé de solutions à moyen et long termes. Face aux réactions de plus en plus hostiles à l’immigration, dans un contexte « d’érosion de l’autorité morale internationale », nous n’avons fait preuve ni de volonté ni de courage politique.

Notre réponse, humaine et digne, doit se fonder sur plusieurs axes : sauver des vies, en respectant les droits des migrants et demandeurs d’asile ; s’attaquer à la racine des migrations irrégulières et créer des partenariats avec les pays d’origine et de transit des migrants ; développer des voies légales et sûres d’accès à l’UE pour les migrants, notamment grâce aux visas humanitaires. Proposer de réinstaller 20.000 réfugiés au sein de l’Union d’ici à l’année prochaine est un premier pas positif, mais c’est encore bien trop limité. Il faut absolument augmenter cet effort, en particulier au regard de tout ce qu’ont déjà fait les pays voisins de la Syrie pour accueillir des réfugiés (Liban, Jordanie, Turquie).

Nous faisons face à plusieurs défis : développer un « récit » positif et humain sur la migration, en montrant toutes les richesses qu’elle peut apporter pour nos sociétés, et en cassant tous les clichés à l’égard des migrants ; faire preuve de courage politique et multiplier les campagnes de sensibilisation vis-à-vis des citoyens, en rappelant nos valeurs et nos engagements ; dépasser les paradoxes entre la souveraineté nationale, les droits et libertés individuels d’une part, la sécurité nationale et la sécurité humaine d’autre part.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s