Rencontre des euro-députés franciliens avec les socialistes du Val-de-Marne

Jeudi 17 septembre, avec mes collègues franciliens Pervenche Bérès et Guillaume Balas, nous avons invité les militants val-de-marnais pour un premier bilan de mandat un an après les élections européennes. Ce fut l’occasion de revenir sur de multiples sujets en pleine effervescence dans l’actualité.

J’ai souhaité commencer en rappelant le fil rouge qui guidait mon travail ; notre programme commun de 2014 dont l’axe principal est la réorientation de l’Europe. Le challenge consistant à garder à l’esprit cet objectif au quotidien, quels que soient les dossiers abordés et leur prétendue technicité. Tout est politique. Parmi les dossiers d’actualité que je suis il y a évidemment la crise humanitaire et l’accueil des réfugiés pour lequel l’orientation S&D est visible, ou encore la lutte contre la radicalisation et la défense d’Un PNR européen. Dans le domaine des transports, la COP 21 ou la réduction des émissions de polluants permettent là aussi une clarification nette entre socialistes et la droite. Elle s’est traduite à de multiples reprises par des amendements votés par les groupes S&D, GUE, Ecolo et Alde contre le PPE et l’ECR ou encore ENF (extrême droite). La poursuite de nos objectifs comme la stratégie de rechercher des majorités politiquement cohérentes fonctionnent. J’ai pu ainsi me satisfaire de succès sur des amendements concernant le dumping social.

Mais il ne faut pas pour autant idéaliser la situation, il existe aussi au Parlement européen des blocages géographiques qui brouillent les lignes politiques : sur l’accueil des réfugiés, sur le TTIP, sur le dumping social ; la fracture avec nos collègues issus des ex pays du bloc de l’Est est de plus en plus visible.

Pour résumer, je dirais qu’il existe trois grands blocs au Parlement européen : ceux qui aspirent à la construction d’une Europe politique avec une gouvernance et un budget, ceux qui considère l’Union européenne d’abord comme un espace économique et restent les fervents défenseurs de la souveraineté des Etats Membres et ceux qui rejettent l’Europe et fond du Parlement une tribune pour leurs desseins nationaux. A nous de faire en sorte que notre désir d’Europe politique l’emporte.

La réunion fut aussi l’occasion de rappeler l’unité de la délégation socialiste française au Parlement Européen et notre cohésion dans la recherche de cette nouvelle stratégie des alliances en Europe. En effet, nous souhaitons mettre en place un nouveau point d’équilibre dans la majorité au Parlement Européen. Nous souhaitons également une démocratie européenne renouvelée, où la solidarité prend le pas sur les égoïsmes nationaux. Il faut du temps et un mouvement démocratique important pour que notre influence se développe davantage.

Sur la question de la gouvernance, le traité constitutionnel européen avait des aspects économiques assez développés mais les orientations politiques n’y étaient pas assez présentes. La question institutionnelles est importante et ne doit pas rester en marge de la réorientation de l’Europe. Pervenche Berès a rappelé que les Européens sont encore frileux sur l’idée d’un gouvernement européen unique. Cependant, le rôle essentiel de la France sur la crise grecque doit être mis à profit pour communiquer sur le bien-fondé d’une harmonisation fiscale et sociale. Sur ce sujet, Guillaume Balas aimerait que l’Europe et les Etats qui la composent prennent plus d’initiative pour la construction d’une Europe occidentale intégrée et autonome.

La lutte contre le terrorisme et la radicalisation ainsi que ma participation active au projet de directive européenne sur le PNR ont également été largement évoqués. Sur la protection des données, la phase de trilogue avance bien et il n’y a pas désaccord majeur. A noter que tous les Etats membres n’ont pas la même approche sur le risque terroriste en Europe ; les Etats qui ont déjà connu des attentats (comme la France ou l’Espagne par exemple) sont bien plus modérés sur leur vision du terrorisme.

Je suis également revenue sur mon parcours en commission TRAN depuis un an et les avancées qui ont été faites concernant la révision des normes communes des transports dans l’Union Européenne. Je suis également revenue sur mon soutien à la transition énergétique et à l’encadrement des émissions de polluants alors que la COP 21 aura lieu à la fin de l’année. Sur l’important dossier du 4ème paquet ferroviaire, j’ai rappelé qu’un accord sur le pilier technique a été trouvé en juin dernier et que les discussions sur le pilier politique, et notamment sur la libéralisation des systèmes et la question sociale, vont enfin commencer.

La rencontre avec les militants était très interactive et riche en débat d’idées. Ils sont intervenus pour donner leur avis et pour poser des nombreuses questions sur tous les sujets abordés. Les échanges se sont poursuivis jusqu’à tard dans la soirée autour d’un cocktail convivial. Ces moments sont essentiels pour moi, car ils me permettent de rendre compte de mon travail parlementaire à ceux qui ont permis notre élection, et d’avoir leur avis sur l’actualité européenne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s