« La planète a besoin d’un accord mondial sur le climat » explique Gianni Pittella à l’ouverture du COP 21

Communiqué du groupe Socialistes et Démocrates au Parlement européen

Alors que les dirigeants du monde entier se réunissent à Paris pour l’ouverture du Sommet des Nations Unies sur le climat (COP 21), les Socialistes et Démocrates leur demandent de prendre leurs responsabilités et insistent sur l’obtention d’objectifs de réduction des émissions ambitieux et juridiquement contraignants, ainsi qu’un financement solide  des efforts d’atténuation et d’adaptation.

Le 21 octobre dernier, les dirigeants socialistes, sociaux-démocrates et  travaillistes se sont rencontrés à Paris pour adopter officiellement leurs propositions pour le COP 21 (disponibles ici).
Président du Groupe S&D, Gianni Pittella, a déclaré :

« Cette planète est notre seule maison commune, et nous n’avons d’autre choix que de la sauver. L’opinion publique mondiale appelle massivement à des mesures et les décideurs doivent agir. Nous devons conclure un accord contraignant où les pays industrialisés, émergents et en développement recherchent ensemble le bien commun de l’humanité et partagent le fardeau et les responsabilités. L’égoïsme et la politique de calcul cynique n’ont pas leur place ici.

« La communauté scientifique a déjà fourni suffisamment de preuves : nous ne pouvons pas nous permettre de laisser la température mondiale s’élever de plus de deux degrés. Demain il sera déjà trop tard. Nous devons agir maintenant ! »

Vice-présidente du Groupe S&D, Kathleen Van Brempt, a ajouté :

« Nous voulons que l’UE soit un leader crédible au niveau des mesures climatiques mondiales. Notre combat contre le changement climatique va de pair avec la bataille en cours contre les inégalités sociales dans le monde. Nous invitons les autres partis présents à Paris à nous rejoindre dans ce combat, pour arrêter le réchauffement mondial et pour éliminer les injustices qui en découlent.

« Un accord mondial à Paris peut mettre sur pied un nouveau cycle d’investissement durable. L’investissement dans la recherche et le développement, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, plutôt que de dépenser de l’argent dans l’importation de combustibles fossiles, ne sera pas seulement bénéfique pour le commerce, le climat et la qualité de l’air. Cet investissement permettra également la création de nouveaux emplois et le développement de nouvelles technologies qui pourront être exportées. Les nouvelles technologies permettront la fin permanente de l’ère du carbone. Pas parce que nous tomberons à cour de charbon, de gaz naturel ou de pétrole, mais parce qu’il existe des alternatives plus propres et moins chères. Après tout, la fin de l’âge de pierre n’est pas due au fait que les hommes soient tombés à cour de pierres. »
Les eurodéputés Kathleen Van Brempt, Matthias Groote, Gilles Pargneaux et Miriam Dalli feront partis de la délégation COP 21 du Parlement européen et arriveront à Paris le 7 décembre.

Hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

J’étais ce matin aux Invalides pour l’hommage national  aux victimes des attentats du 13 novembre. 


Voici les principaux extraits de l’intervention du Président de la République 
***Aujourd’hui, la Nation toute entière pleure les victimes.

130 morts, 130 vies arrachées, 130 destins fauchés, 130 rires que l’on entendra plus, 130 voix qui à jamais se sont tues.

Ces femmes, ces hommes, incarnaient le bonheur de vivre.

C’est parce qu’ils étaient la vie, la France, la liberté, qu’ils sont morts.

Ils étaient de nos villes, de nos banlieues, de nos campagne, du monde entier.

J’adresse au nom de la Nation, compassion, affection, sollicitude, aux familles et aux proches réunis ici dans ce même malheur.

La France sera à vos côtés.

Nous rassemblerons nos forces pour apaiser les douleurs.

Après avoir enterré les morts il nous reviendra de réparer les vivants.

A vous tous, je vous promets solennellement que la France mettra tout en œuvre pour détruire l’armée de fanatiques qui a commis ces crimes, qu’elle agira sans répit pour protéger ses enfants, que la France restera elle-même.

S’il fallait une raison de nous tenir debout aujourd’hui, de nous battre pour nos principes, de défendre cette République qui est notre bien commun, nous la trouverions dans leur souvenir.

La plupart avait moins de 35 ans, il n’avaient pas eu le temps de croire à la fin de l’histoire.

Beaucoup avaient tenus à manifester le 11 janvier comme des millions de Français.

Ils savaient que la France n’est l’ennemi d’aucun peuple, que ses soldats vont où le devoir les appellent, pour protéger les plus faibles et non pour assouvir une quelconque domination.

Nous sommes une seule et même Nation portée par les mêmes valeurs.

Les terroristes veulent nous diviser, nous opposer, nous jeter les uns contre les autres.
Je vous l’assure, ils échoueront.
Ils ont le culte de la mort, nous avons l’amour de la vie.

Ceux qui sont tombés le 13 novembre étaient la France, toute la France.

Nous connaissons l’ennemi, la haine, le fanatisme, nous le vaincrons ensemble avec nos forces, celle de la République, nos armes, celles de la démocratie, avec nos institutions, avec le droit.

Dans ce combat, nous pouvons compter sur nos militaires engagés sur des opérations difficiles en Syrie, en Irak, au Sahel.

Nos policiers, nos gendarmes, en lien avec la justice, ce se sont encore comportés de façon admirable.

Le Parlement a adopté toutes les mesures qu’appelle la défense de notre pays, dans la concorde nationale et le respect de nos libertés fondamentales.

Nous mènerons ce combat jusqu’au bout et nous le gagnerons.

Nous le gagnerons en étant fidèles à notre art de vivre, notre volonté farouche d’être en vie, notre attachement à la laïcité, notre appartenance à la Nation, notre confiance dans notre destin collectif.

Je vous l’affirme ici, nous ne changerons pas.
Nous serons unis sur l’essentiel.

Je salue les innombrables gestes de Français anonymes.

Si on cherche un mot pour qualité cet élan, c’est la fraternité.

Je salue la mobilisation de tous les services publics pour porter secours et assistance aux victimes.

Les personnels de santé ont été admirables. Votre action dit aussi ce que nous sommes : un pays solidaire.

Notre devoir est plus que jamais de faire vire nos valeurs.

Nous ne cèderons ni à la peur, ni à la haine.

Si la colère nous saisit, nous la mettrons au service de la calme détermination à défendre la liberté au jour le jour.

Le patriotisme que nous voyons aujourd’hui se manifester n’a rien à voir avec je ne sais quel instinct de revanche.

C’est le symbole de notre union, de notre inaltérable résistance face aux coups qui peuvent nous être portés car la France garde intacte ses principes d’espérance et de tolérance.

Je veux vous dire ma confiance dans la génération qui vient.

L’attaque du 13 novembre restera dans la mémoire de la jeunesse d’aujourd’hui comme une initiation terrible à la dureté du monde, comme une invitation à l’affronter en inventant un nouvel engagement.

Je sais quelle tiendra solidement le flambeau que nous lui transmettons.

Je suis sûr qu’elle aura le courage de prendre pleinement en mains l’avenir de notre Nation.

Elle saura faire preuve de grandeur.

Elle vivra au nom des morts que nous pleurons aujourd’hui.

Malgré les larmes, cette génération est aujourd’hui devenue le visage de la France.

Vive la République, Vive la France.

Le groupe socialiste se prononce en faveur d’une commission d’enquête sur le #dieselgate

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen

Avec l’appui déterminé des socialistes français, le groupe socialiste au Parlement européen s’est prononcé hier soir en faveur d’une commission d’enquête sur les suites à donner au scandale Volkswagen. Sans le soutien du groupe socialiste au Parlement européen, cette commission d’enquête n’avait tout simplement aucune chance de voir le jour.

 

Alors que les fraudes sont avérées, que la Commission européenne est pointée du doigt pour ne pas avoir donné les informations dont elle disposait,  cette commission d’enquête est nécessaire pour faire la lumière sur les dysfonctionnements et les responsabilités de chacun. Ce travail est indispensable pour retrouver la confiance des citoyens dans les tests anti-pollution et les constructeurs automobiles.

 

Surmonter cette crise de confiance est d’ailleurs dans l’intérêt même des constructeurs automobiles : si l’on n’y prend pas garde, elle pourrait se transformer en crise économique pour tout le secteur. C’est pourquoi les constructeurs seraient plus  sages de cesser d’exercer des pressions pour torpiller  cette initiative.

 

A la veille de la COP21, c’est  évidemment un signal fort envoyé par les socialistes européens : nous voulons que soit mené un travail d’investigation  global sur le respect et la bonne application des règles européennes en matière de contrôle des émissions polluantes.

 

Il ne s’agit ni de viser un constructeur en particulier ni d’entraver des enquêtes qui seraient menées au niveau national, mais bien de venir en appui de celles-ci pour évaluer les potentielles failles dans la mise en œuvre – par les autorités nationales, mais aussi la Commission européenne – des  législations encadrant les tests anti-pollution.

 

Le PPE et l’ALDE sont désormais face à leurs responsabilités.

« Dieselgate »: Le Groupe S&D au Parlement européen demande une commission d’enquête

Durant sa réunion hier soir, le Groupe des Socialistes et Démocrates au Parlement européen a décidé de demander la constitution d’une commission d’enquête au sujet du scandale sur les programmes illégaux conçus pour manipuler les émissions des voitures.
En parallèle, les sociaux-démocrates ont envoyé une lettre aujourd’hui aux 28 ministres de l’environnement et de l’industrie de l’Union européenne dans laquelle ils leur demandent de modifier considérablement le projet de décision adopté par la Commission sur base de la délibération des experts techniques le 28 octobre dernier. Cela signifierait l’assouplissement des normes des émissions de voitures. Le Groupe S&D n’acceptera pas une décision qui affaiblit les normes environnementales en Europe et un accord sur les valeurs limites d’émission juridiquement contraignantes atteint lors d’une procédure législative.

L’eurodéputé et porte-parole S&D sur l’environnement et la santé, Matthias Groote, a déclaré :

« De nouveaux éléments de ce scandale poussent le Parlement á mettre en place une commission d’enquête. Nous devons savoir ce qu’il s’est passé, où se trouvent les lacunes et les failles dans la législation relative aux émissions, dans son application et où le régime de mise en conformité aurait échoué.

« D’après les informations publiées hier, la Commission européenne aurait été informée de l’existence de programmes illégaux conçus pour cacher le véritable taux d’émissions en 2012. Nous avons récemment fait appel à la Commission pour qu’elle lance une enquête approfondie sur le scandale des émissions, mais maintenant il est important de comprendre ce qui a échoué et pourquoi il a fallu que ce soit les États Unis qui nous préviennent de l’existence de ces programmes frauduleux.

« Les tribunaux enquêtent déjà au niveau de la fraude et la commission d’enquête devrait se focaliser sur la prétendue mauvaise gestion de la Commission et des autorités des États membres responsables de la mise en œuvre de la législation du secteur automobile. »

La Vice-présidente du groupe  S&D pour le développement durable, Kathleen Van Brempt, a ajouté:

« Les pratiques frauduleuses doivent être condamnées, d’autant plus lorsque celles-ci affectent la santé de nos citoyens. Nous avons dès lors deux lignes de conduite : découvrir où le régime de mise en conformité  de la Commission européenne et des États membres a échoué et mettre en place les mesures nécessaires pour qu’à l’avenir toutes les voitures respectent les limites d’émissions imposées dans les faits.

« À cet égard, nous rejetons les résultats atteints lors de la réunion du comité technique des véhicules à moteur le 28 octobre dernier. Elle affaiblit les décisions prises par les deux co-législateurs, le Parlement européen et le Conseil, et dépasse manifestement la responsabilisation contenue dans le règlement de base des limites des émissions, en créant une dérogation au niveau des valeurs limites d’émission applicables.

« Les marges de dépassement proposées pour les émissions (facteurs de conformité) sont tellement larges qu’elles affaiblissent totalement les valeurs limites d’émission déjà convenues en 2007. Nous ne pouvons pas revenir en arrière. C’est pourquoi aujourd’hui, nous avons envoyé une lettre aux ministres pour qu’ils demandent à leurs États membres respectifs de réévaluer leurs positions au vu des problèmes de santé alarmants des citoyens européens causés par la pollution de l’air et l’affaiblissement évident de la législation primaire au travers d’une procédure de comitologie.

« À la veille d’une importante conférence sur le climat COP 21, nous ne pouvons pas simplement accepter l’échec de la législation environnementale et envoyer un signal négatif au monde concernant notre engagement en faveur des technologies propres. »

* Consultez la lettre ici: http://www.socialistsanddemocrats.eu/sites/default/files/real_driving_emmissions_test_automative_sector_en_151126.pdf

Visite et échanges avec des Val-de-Marnais au Parlement Européen à Strasbourg

J’ai eu le plaisir de recevoir un groupe de Val de marnais au Parlement européen à Strasbourg lors de la session de fin novembre. Au cours de cette visite, ils ont pu assister au débat budgétaire dans l’enceinte de l’hémicycle puis à une conférence sur les institutions européennes après avoir déjeuné dans l’enceinte du Parlement européen.

12234936_10208294110449070_4555109492136906060_n

Nous avons pu échanger sur les dossiers d’actualité au Parlement : les institutions européennes, les discussions en cours sur le PNR, le terrorisme, les libertés, l’Europe sociale et les travailleurs détachés, l’affaire Volkswagen, le statut des ports, les transports routiers ou encore la résolution de la crise grecque.

 

C’est toujours un grand plaisir d’accueillir des citoyens dans la maison des Européens qu’est le Parlement de Strasbourg.

Débat au Parlement européen sur les récents attentats terroristes à Paris

Voici la déclaration écrite que j’ai adressé dans ce débat organisé mercredi 25 novembre en séance plénière à Strasbourg.

Les attentats qui ont frappé la France ont réveillé la conscience de l’Europe et du monde. Pourtant, Daech mène la guerre au Moyen-Orient et perpétue des actes terroristes dans de nombreux pays depuis plusieurs années. Hier encore, c’est la Tunisie qui a été touchée. Il est temps que l’Union européenne passe des paroles aux actes, et s’organise enfin et vite pour combattre le terrorisme. Il s’agit de protéger ses peuples et de préserver ses valeurs. Nous devons aboutir à la mise en place d’un PNR européen avant la fin de l’année. Les services de police et de renseignement des États membres doivent mieux coopérer et la lutte contre le trafic d’armes être considérablement renforcée. Davantage de financements sont également nécessaires afin de prévenir la radicalisation et ainsi lutter contre le terrorisme à la racine. Au-delà des attaques militaires menées notamment par la France, l’Union et les États-membres ont la responsabilité de participer à démanteler les filières financières qui entretiennent Daech, l’argent étant bien le nerf de la guerre. Tous les États de l’Union européenne doivent se sentir concernés. Daech ne vise pas une nationalité. Il frappe le monde libre et ses valeurs, nos libertés, notre modèle de vie, la paix.

Prévention de la radicalisation et du recrutement de combattants européens par des organisations terroristes

On estime que plus de 5000 Européens ont rejoint les rangs d’organisations terroristes comme Daech. Le processus de radicalisation menant au terrorisme et à l’extrémisme violent est un phénomène aux facettes multiples, évolutives et multidimensionnelles, qui appelle à une réponse européenne commune. S’il est important d’agir dans l’immédiat pour protéger les Européens, cela ne suffira pas pour endiguer le recrutement de citoyens de l’Union par des groupes terroristes. Il faut également des solutions à plus long terme, qui passent par le développement et le financement de politiques préventives. Le Parlement a souhaité apporter sa contribution à ce débat en adoptant aujourd’hui le rapport d’initiative de Rachida Dati. Grâce au Groupe S&D en particulier, le contenu du texte a été amélioré. Notamment, les socialistes européens ne cesseront d’affirmer avec force l’importance de l’éducation et des politiques d’inclusion et de non-discrimination pour contrer ce phénomène de société qui touche des femmes et des hommes vulnérables de toute origine sociale. Aussi, nous avons tout fait pour que ce rapport n’adopte pas une approche fallacieuse et dangereuse qui relierait la religion, les réfugiés et le terrorisme; un point auquel je suis très attachée.

A l’occasion de mon intervention lors du débat en plénière mardi 24 novembre, j’ai pu présenter quelques propositions d’actions concrètes contenues dans le rapport.

Voici le texte de mon intervention:

« Madame la Présidente, face aux attaques terroristes tragiques qui frappent l’Union européenne et au-delà, nous devons prendre des mesures fortes pour assurer la sécurité des Européens. Mais il faut aussi nous attaquer aux racines de la radicalisation violente qui touche des jeunes européens de toutes origines sociales.

C’est l’objet de ce rapport et le groupe de l’alliance progressiste des socialistes et démocrates y a largement contribué. Nous appelons à développer et à financer les politiques préventives et de long terme, d’abord à l’école, dans les quartiers, mais aussi sur internet, avec une mobilisation de tous. Les acteurs de terrain, comme les associations et les éducateurs, doivent bénéficier de moyens, de formations pour travailler auprès des populations les plus sensibles aux discours de haine et détecter le plus tôt possible les signes de radicalisation violente. Il est important aussi d’aider les familles, notamment par le biais de plateformes téléphoniques de signalement et d’écoute. Enfin, les entreprises d’internet doivent s’engager à faire plus pour effacer les messages de haine incitant au terrorisme.

Mais soyons responsables et évitons les amalgames dangereux. D’une part, c’est le dévoiement de la religion et jamais la religion elle-même qui peut mener à la radicalisation violente et, d’autre part, les réfugiés ne sont pas coupables de terrorisme, ils en sont les premières victimes. »

Voici le texte de mon explication de vote:

« La lutte contre le terrorisme est un combat que l’Europe entière doit mener. C’est une épreuve qui nous touche tous et qui appelle à plus de solidarité européenne. Parmi les actions à entreprendre, la question de la prévention de la radicalisation menant au terrorisme a toute son importance. Arrêtons de parler de combattants « étrangers », il s’agit bien d’Européens qui s’attaquent à d’autres Européens. Les terroristes qui ont commis ces atroces attentats à Paris étaient Français ou Belges. Cessons aussi les amalgames dangereux entre musulmans et terroristes d’une part mais aussi entre terroristes et réfugiés, ce sont ces derniers les premières victimes de Daech.

C’est pour démontrer leur engagement dans ce combat que les eurodéputés ont adopté aujourd’hui ce rapport. Même si le texte voté aurait gagné à être plus concis et ciblé, il aboutit tout de même à un ensemble équilibré, grâce à l’influence des socialistes européens. Il présente un ensemble de propositions concrètes visant à prévenir la radicalisation, en agissant notamment aux origines de ce phénomène ; dans les prisons, sur Internet et les réseaux sociaux, et en rappelant le rôle fondamental de l’école, et en mobilisant tous les acteurs concernés. »