Débat sur le Brexit avec les militants de la fédération PS du Val d’Oise

Le 28 juin, dans le cadre des Mardis de Jaurès, j’ai participé à un débat sur le Brexit organisé par la fédération du Parti Socialiste du Val d’Oise et Sauvons l’Europe. Ce débat, organisé plusieurs jours après le résultat du référendum britannique avait lieu quelques heures après la session extraordinaire du Parlement européen sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne est un coup porté à la construction européenne. Maintenant que les britanniques ont fait le choix de sortir de l’Union, le gouvernement du Royaume-Uni doit notifier au plus vite au Conseil sa volonté de sortir de l’Union européenne comme le prévoit l’article 50 du traité sur l’UE. Il est hors de question que le Royaume-Uni entame des négociations sur ses futures relations avec l’Union et paralyse ainsi l’ensemble de l’Union européenne avant cette étape.

Par ailleurs, le Brexit ne doit pas être le déclencheur de la destruction de l’Europe mais nous impose de travailler à sa refondation. Ce travail de refondation doit prendre le chemin de davantage de justice sociale et de démocratie en Europe. Les socialistes ont ainsi un rôle primordial à jouer dans cette refondation et c’est maintenant qu’il faut avancer pour l’Europe politique. Aussi, je salue la nouvelle impulsion initiée par la France, l’Italie et l’Allemagne pour relancer l’Europe dans les domaines de la sécurité, de la croissance, ainsi que de l’harmonisation fiscale et sociale dans la zone euro.

Au cours des échanges, de nombreuses voix se sont élevées pour souligner leur attachement à l’Union européenne et pour demander un nouveau pas en avant politique pour l’Union européenne. Un pas qui ne pourra être concrétisé qu’avec l’assentiment des peuples. Pour cela, j’ai rappelé qu’il faut parler d’Europe de manière différente, expliquer l’Union européenne de manière simple et positive. L’Europe a ainsi besoin de tous ses militants pour contrer la mainmise des europhobes sur les questions européennes.

Autre question primordiale soulevée lors des débats, la conséquence de la montée des populismes au Royaume-Uni et ses futures relations avec l’Union européenne. En effet, le résultat du référendum est notamment marqué par l’influence des mouvements de pensée populistes qui ont mené une campagne mensongère. Nigel Farage, leader populiste du UKIP a ainsi publiquement avoué avoir menti pendant la campagne électorale. De son côté, Boris Johnson, ancien maire conservateur de Londres, tête d’affiche du camp du « Leave » et girouette politique, semble désormais vouloir retarder et atténuer la sortie du Royaume-Uni de l’Union.

Autre conséquence sur laquelle nous sommes revenus pendant la réunion, le référendum a profondément divisé le Royaume-Uni. Tout d’abord, la division est générationnelle. La jeunesse s’est majoritairement positionnée en faveur du « Remain » (malgré une forte abstention) à la différence des britanniques les plus âgés réfractaires à l’UE. La seconde fracture est territoriale et menace l’intégrité de l’Union Jack. L’Angleterre et le Pays de Galles ont en effet choisi le « Leave » tandis que l’Irlande du Nord et l’Ecosse se sont majoritairement prononcé en faveur du maintien dans l’Union européenne.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne doit nous faire repenser nos stratégies d’alliances, il faut en finir avec les grandes coalitions regroupant la gauche et la droite et construire l’Europe de demain sous le prisme des droits fondamentaux. Comme il a été rappelé à plusieurs reprises pendant la réunion, que peuvent faire les Etats sans Europe dans la mondialisation ? Que faire pour endiguer le terrorisme sans l’Union européenne ?

Si tous les Etats ne veulent pas d’une Europe fédérale, avec les socialistes français, je milite pour une refondation. Cette refondation devra être avant tout politique. Elle devra se faire avec les peuples et devra prévoir un plan d’investissement, des mesures pour l’emploi. Cette refondation politique devra s’attaquer aux inégalités, au dumping social. Elle devra redonner foi en l’Europe. Elle devra faire revivre le sentiment européen et construire une nouvelle souveraineté : la souveraineté européenne.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s