Décès de Mario Soares : les socialistes et l’Europe en deuil

Communiqué de la Délégation socialiste française

Les eurodéputés socialistes et radicaux ont appris avec tristesse la mort de Mario Soares, figure historique du socialisme européen et de la construction européenne. Nous adressons nos plus sincères condoléances à ses proches, à nos camarades portugais : avec eux, c’est tous les socialistes européens qui sont aujourd’hui en deuil.

Mario Soares, socialiste convaincu et l’un des fondateurs du Parti socialiste portugais en 1973, était un militant acharné de la démocratie, de la liberté et de l’Europe. C’est notamment grâce à sa détermination et son engagement que son pays doit son entrée dans la Communauté européenne dès 1985. Il aura aussi été l’un des nôtres au Parlement européen, exerçant son mandat avec grandeur.

Sa capacité de résistance, sa persévérance, son enthousiasme et son optimisme continueront de nous guider dans notre engagement politique.

Oettinger : et si dans les bonnes résolutions de 2017, la Commission respectait le Parlement européen ?

Communiqué de la Délégation socialiste française.

Bafouant allègrement les règles européennes, M. Juncker, président de l’institution pourtant gardienne des Traités, a décidé de nommer M. Oettinger commissaire au budget et aux ressources humaines dès le 1er janvier 2017, sans attendre l’audition de ce dernier par le Parlement européen et, plus encore, le vote des eurodéputés. Ceci vaut aussi pour le portefeuille à l’économie numérique.

C’est là une nouvelle provocation, totalement inacceptable. Cela d’autant plus que les services juridiques de la Commission européenne tentent de nous forcer la main en affirmant sans preuve que, puisqu’il est entré en fonction, le Parlement européen n’aurait plus rien à dire.

La Commission européenne avait déjà profité de la période entre Noël et Nouvel an pour considérer que, certes Mme Kroes, membre de la Commission Barroso, avait violé les règles, mais qu’elle ne devait pas pour autant être sanctionnée.

La justice et la démocratie ne peuvent être piétinées de la sorte. Par ces décisions, c’est l’ensemble de la Commission européenne que M. Juncker met en danger, et la perception qu’ont les citoyens de l’Europe.

M.Juncker a été investi à la suite d’une bataille que nous avons voulue exemplaire d’un point de vue démocratique ; l’élection comme résultat du suffrage universel. Il ne peut aujourd’hui contourner le vote du Parlement. Que veut M. Juncker ? La victoire des extrémistes en France, aux Pays-Bas et en Allemagne ? La question mérite désormais d’être posée et il doit y répondre.

A la suite de l’audition de M. Oettinger, le 9 janvier prochain, les eurodéputés socialistes et radicaux réclameront une nouvelle fois un vote du Parlement européen. Chacun devra prendre ses responsabilités devant les citoyens.

Le Groupe S&D soutient à l’unanimité la candidature de Gianni Pittella à la présidence du Parlement européen

Communiqué du groupe des Socialistes et démocrates

Les socialistes et démocrates ont décidé à l’unanimité de soutenir la candidature de leur leader Gianni Pittella à la présidence du Parlement européen.

Le président du groupe S&D, Gianni Pittella a déclaré :

« J’accepte ce nouveau défi avec fierté et détermination. Ma candidature porte le changement. Avec le retrait de Martin Schulz de la présidence du Parlement européen,  l’équilibre entre les familles politiques au sein des institutions de l’UE a changé. Nous n’accepterons jamais un monopole de la droite pour contrôler les institutions de l’UE. Ce n’est pas un problème de personnes mais une question de principes et de projets.

« Nous voulons mettre un terme à l’austérité aveugle et aux égoïsmes nationaux qui ont abîmé l’Union européenne. Les idées, les principes et les stratégies de la gauche représentent une alternative aux revendications de la droite. Si nous voulons faire face aux défis et menaces actuels, nous ne pouvons pas nous contenter du statu quo.

Notre force c’est l’unité de notre famille. Notre force représente la seule chance de changement. Et c’est par ce changement que nous pourrons sauver l’Europe ».