Lutte contre le terrorisme : un projet encore à revoir

Communiqué de la Délégation socialiste française

Le Conseil des Ministres examinera demain une version révisée du projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, après les observations du Conseil d’Etat. Son avis a permis d’améliorer le texte, ce que nous saluons. Notamment, l’implication d’un juge des libertés et de la détention pour autoriser les perquisitions administratives rétablit l’équilibre des pouvoirs.

Toutefois, certaines inquiétudes demeurent et le projet reste à revoir.

Suite aux révélations par le journal Le Monde, le 7 juin, les eurodéputés socialistes et radicaux avaient écrit au Président de la République afin de l’inviter à tenir ses engagements de campagne et l’alerter sur les dérives graves par rapport à l’État de droit, aux libertés publiques que nous défendons, en France et en Europe (courrier en pj et sur ce lien).

Sortir de l’état d’urgence… pour y rentrer définitivement ? C’est un risque grave pour les libertés publiques et individuelles. C’est pourquoi, nous, eurodéputés socialistes et radicaux, y sommes opposés. Qui plus est, une question nous taraude : et après ? Une fois ces mesures adoptées, que proposera M. Macron après un prochain attentat ? Quels nouveaux pouvoirs exceptionnels ?

Nous resterons donc vigilants et suivrons avec attention l’évolution de ce projet de loi ainsi que sa mise en œuvre.

La démocratie plus forte que la terreur

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen

Les attentats de janvier dernier s’attaquaient à la liberté de penser. Ceux de la nuit dernière s’attaquent à la liberté de vivre.

A travers ces massacres, c’est l’humanité entière, dans ce qu’elle a de plus fraternel qui est visée. C’est le sens des messages de solidarité que notre pays reçoit du monde entier aujourd’hui.

Il faut résister ensemble à la terreur qui tente de s’installer. Ne pas, ne jamais céder, aimer et défendre la France et ce qui fait sa richesse, sa diversité.

Nous exprimons au chef de l’Etat et au gouvernement tout notre soutien dans ces heures difficiles. Oui, à la guerre ciblée, sans équivalent, contre nos libertés et notre démocratie, nous devons répondre par une guerre ciblée et sans merci contre les ennemis de la liberté.

Nous saluons l’extraordinaire travail des forces de sécurité et des services de santé qui ont lutté et qui luttent encore, à cette heure, pour sauver de nombreuses vies. Des services de renseignement qui ont, au fil des mois passés, évité d’autres drames, même s’ils n’ont pu déjouer celui-ci.

Notre solidarité et notre compassion vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches.