Rendez-nous les « Eurofocus » @francetvinfo

Le 12 juillet, avec Sylvie Guillaume, nous nous sommes adressées  à Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, pour demander le retour des pastilles « Eurofocus » sur France TV info. Voici notre courrier

Madame la présidente de France Télévisions,

C’est avec un immense plaisir que nous avons enfin vu programmée sur une chaîne de service public une émission politique consacrée aux questions européennes : l’émission « La faute à l’Europe ? », animée par Yann-Anthony Noghès, est le pendant européen de « L’émission politique », ce dont nous ne pouvons que nous satisfaire. Programmée depuis plusieurs mois maintenant, cette émission rencontre un véritable succès, tant chez les élus que chez les citoyens politisés intéressés par les questions européennes.

Même si l’audience de France Info TV n’est pas la plus élevée, nous savons et mesurons que l’objectif de cette chaîne d’information du service public est d’abord le web, en particulier les réseaux sociaux, et que le million d’abonnés au compte Twitter France Info et les déjà 215 000 abonnés au compte Twitter France Info Plus démontrent la qualité du travail de vos équipes.

Un seul regret cependant : si nous saluons les pas en avant, les pas en arrière nous attristent. C’est avec beaucoup de regrets que nous avons vu disparaître les pastilles « Eurofocus », également sur France Info TV. Eurofocus, c’était l’Europe expliquée de façon simple et attractive, à destination d’abord d’un jeune public, mais plus globalement de tous ceux qui ne baignent pas dans les affaires européennes, à l’aide d’infographies percutantes et de courtes interviews. Ce format – entre 1 et 3 minutes – se prêtait particulièrement bien aux réseaux sociaux justement.

Surtout, le prix d’un tel module était particulièrement dérisoire au regard de ce qui se pratique dans le monde de la télévision : 2 500 euros le module de 3 minutes ! Vous en conviendrez, supprimer, uniquement pour des raisons budgétaires, une pastille de cette qualité qui coûte si peu relève d’une logique d’économies de bout de chandelle qui ne peut que nous attrister.

Vous avez déjà les journalistes compétents, que nous rencontrons régulièrement à Strasbourg. Le Parlement européen offre les moyens techniques. Plus que les autres médias, le service public a une responsabilité immense, notamment en direction des jeunes publics. Aussi, nous vous serions particulièrement reconnaissants de bien vouloir trouver les marges de manœuvre afin de faire vivre ce beau projet.

En vous disant notre attachement au rôle d’information du service public que vous avez l’honneur de présider et notre disponibilité pour discuter de ces sujets, nous vous prions de croire, Madame la Présidente, à l’assurance de nos salutations les meilleures.

Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy                                 Sylvie Guillaume
Présidente de la Délégation socialiste française                       Vice-Présidente du Parlement
européen