#InternationalGirlChildDay #StopMutilationsGénitalesFéminines

À l’occasion de la journée internationale des filles du 11 octobre, j’ai participé à une table ronde sur les mutilations génitales féminines perpétrées sur les filles, en général avant leurs 15 ans.

Les mutilations génitales féminines sont une pratique qui consiste à altérer ou léser les organes génitaux de la femme pour des raisons non médicales. C’est une violation sévère des droits humains et un acte criminel.

En Europe, de nombreuses filles sont victimes ou menacées de l’être. Les données manquent mais le Parlement européen estime qu’un demi-million de filles sont mutilées en Europe et des milliers sont en risque de l’être. Les conséquences sont dramatiques : graves souffrances psychologiques et physiques et des séquelles médicales à vie.

Nous avons débattu des mesures contre cette pratique et surtout de l’outil juridique le plus important : la Convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes, traité international juridiquement contraignant. En tant que rapporteure pour le Parlement sur l’adhésion de l’Union à cette Convention, j’ai présenté longuement cet arsenal juridique.

La Convention érige l’acte, le fait d’inciter ou le fait de contraire une fille à subir des mutilations génitales féminines comme une infraction pénale, c’est-à-dire un crime. C’est un acte d’une extrême gravité qui doit être sanctionné par des mesures pénales. La Convention ajoute que les justifications d’ordre culturel, religieux ou traditionnel sont irrecevables. Poursuivre les coupables est essentiel pour stopper l’impunité et pour octroyer le statut de victime à part entière à celles qui osent dénoncer.

Le combat contre les mutilations génitales féminines nécessite une réponse globale qui dépasse la seule réponse juridique. Avec les autres intervenants, nous avons discuté de la sensibilisation des filles et des communautés affectées, de l’éducation et d’un projet en cours de l’association GAMS Belgique pour sensibiliser les professionnels en lien avec les victimes.

Je remercie aussi Aissatou Diallo pour son témoignage. Elle a fait preuve d’un courage remarquable pour s’élever contre sa communauté et sa famille pour protéger ses filles d’être des victimes. Aujourd’hui réfugiée politique en Belgique, elle continue à militer et à sensibiliser les plus jeunes.

Restons-tous mobilisés, au-delà du 11 octobre, pour la fin des mutations génitales féminines et pour le droit des filles à être libres et en sécurité.