Trump à la Villette : le sommeil de la raison engendre des mons

Communiqué de la Délégation socialiste française 
M. Fillon était aujourd’hui en meeting à la Villette. Il a commencé son discours en parlant de « haute idée de la France, de liberté et d’honneur ». Pour, immédiatement après, faire des propositions visant à satisfaire les plus bas instincts de l’être humain et à diviser la société française.

24 heures après le « muslim ban » de M. Trump, qui scandalise partout sur la planète et auquel nous souhaitons que l’Union européenne réponde très fermement, M. Fillon a utilisé les mêmes méthodes nauséabondes de stigmatisation des musulmans pour faire oublier ses turpitudes.

Comme son discrédit est fort, M. Fillon a fait appel au deuxième bouc émissaire préféré de l’extrême droite après les musulmans : l’Union européenne. Pour ce faire, il a multiplié, comme il en a l’habitude maintenant, les mensonges, notamment sur le dossier détachement des travailleurs ou encore l’« Europe passoire ».

Le monde va mal, nous le voyons tous les jours : ce qui se passe aux États-Unis et en Russie est profondément inquiétant. En parallèle, chacun voit que l’Union européenne pourrait s’effondrer en 2017, et que cet effondrement peut venir des élections en France. Sans unité, les Européens seraient des confettis dans ce nouveau monde. Voilà le risque qui pèse sur nous.

Face à cette situation historique, M. Fillon a fait le choix de sauver sa peau et celle de sa famille : il mènera donc une campagne à l’extrême droite toute, légitimant ainsi le discours du Front national. Nous voilà encore plus proche du précipice. 

La gauche de la Belle Alliance Populaire a désigné aujourd’hui son candidat à l’élection présidentielle, avec une participation massive. Même si avec le quinquennat qui s’achève les socialistes ont parfois déçu, nous appelons à l’unité de l’ensemble des forces de progrès derrière Benoît Hamon. Les candidats autoproclamés ne peuvent pas être la goutte d’eau qui ferait déborder le vase. M. Macron, M. Mélenchon, quelle trace voulez-vous laisser dans l’Histoire ? Il est temps de ranger vos égos au vestiaire et de répondre sérieusement à cette question.

 

 

M. Fillon, Berlin et l’Europe : on ne comprend pas tout

Communiqué de la Délégation socialiste française

M.Fillon a fait hier un déplacement à Berlin où il a rencontré Mme Merkel.

Disons-le clairement : après toutes les déclarations de M. Fillon, nous ne savons pas ce qu’il pense.

M. Fillon veut suspendre les négociations commerciales avec les États-Unis ? C’est la position de François Hollande et des eurodéputés socialistes et radicaux. Et c’est savoureux de la part de celui-là même qui les a initiées, sans le moindre mandat, et dont le parti politique continue de défendre l’accord. « Demander l’arrêt des négociations, ce n’est pas du courage mais du sabordage ! » disait M. Proust il y a peu. Dont acte.

M.Fillon demande, comme les socialistes et les radicaux européens, une harmonisation fiscale en Europe ? Le mantra de son parti politique a souvent été de défendre la concurrence fiscale.

M.Fillon préconise « un partenariat d’égal à égal avec l’Allemagne, et de trouver un accord pour renforcer la croissance dans le cadre de la zone euro » ? Il est celui qui, Premier ministre, a laissé l’austérité s’imposer en Europe et qui, aujourd’hui, préconise encore plus d’austérité en France.

M.Fillon souhaite une « Europe debout face aux menaces qui l’entourent » ? Alors que les principaux fauteurs de guerre, M. Poutine et M. Bachar al Assad, sont ses amis, comme son ex-mentor avec Kadhafi avant.

M.Fillon veut « réformer Schengen à cause du défi migratoire » ? Les deux n’ont tout simplement… aucun rapport. Il s’agit de réformer Dublin ! Et pour cela, un principe intangible : le droit d’asile ne se discute pas ! C’est une obligation internationale, et c’est tout l’honneur de Mme Merkel d’avoir respecté cette obligation.

Enfin, cerise sur le gâteau, M. Fillon veut renégocier de fond en comble la directive sur les travailleurs détachés. Nous sommes ravis de lui apprendre que les socialistes et radicaux européens ont obtenu l’ouverture de cette révision, à l’initiative de l’actuel gouvernement français. Il a peut être échappé à M. Fillon que c’est Mme Morin-Chartier qui a été désignée rapportrice au Parlement européen.

Bref, l’Europe a besoin d’un nouvel élan et de se ré-inventer ? M. Fillon devrait commencer par se renseigner sur l’état de l’Union, par se mettre d’accord avec lui-même et ses amis pour enfin faire des propositions utiles pour tous les Européens !