La vie après la violence, agir pour lutter contre les violences faites aux femmes ayant un handicap

Ce mercredi 21 novembre, j’ai accueilli dans l’enceinte du Parlement européen une association militant pour le droit des personnes avec un handicap (Inclusion Europe). Nous avons échangé sur la violence et la maltraitance des femmes avec un handicap mental dans les institutions. J’ai écouté avec attention ces femmes courageuses qui témoignent des violences dont elles ont été victimes. Elles dénoncent l’absence de prise en charge, la difficulté d’être écoutées et le manque de formation des professionnelles qui les entourent.

Tous ces témoignages sont révoltants et ils ressemblent malheureusement aux nombreuses histoires que j’ai récoltées lors de mon travail parlementaire sur la lutte contre les violences basées sur le genre. Nous prenons tous conscience de l’ampleur et de la gravité du phénomène, en particulier pour les femmes handicapées qui subissent des taux de violence beaucoup plus élevés que la moyenne et sont moins susceptibles d’en faire état. Mon message d’aujourd’hui a été d’abord un message de soutien et d’empathie mais j’ai également voulu montrer qu’il était possible d’améliorer grandement la situation de ces femmes.

Nous avons des lois et des traités en la matière : la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, à laquelle l’UE est partie, ainsi que la Convention du Conseil de l’Europe pour la lutte contre les violences faites aux femmes (Convention d’Istanbul). En tant que Rapporteure pour le Parlement européen sur la Convention d’Istanbul, je sais à quel point ce traité est primordial pour la prévention des violences, le soutien aux victimes et la poursuite des responsables. J’ai attiré leur attention sur son article 4, qui stipule que le traité doit être garanti à toutes les femmes et filles, sans aucune discrimination.

Cela signifie que les Etats ont l’obligation d’adapter leurs politiques aux besoins spécifiques des femmes handicapées : mise en œuvre des services de soutien facilement accessibles et des professionnels formés.  Je continue à travailler à la ratification de ce traité fondamental tant par l’Union que par l’ensemble des États membres. Plusieurs gouvernements européens ne sont pas favorables, voire même très réticents, à toute législation en faveur des droits des femmes mais c’est de notre responsabilité de les combattre. C’est notre priorité de ce mandat et des années à venir.

 

Rencontre avec Inclusion Europe #StopAuxViolencesFaitesContreLesFemmesHandicapées

Le 28 septembre, j’ai rencontré des auto-représentants de personnes handicapées intellectuelles ainsi que des membres des familles avec l’association Inclusion Europe.

Les personnes avec un handicap intellectuel sont encore exclues de notre société. Elles sont victimes de violences et de graves discriminations dans de nombreux domaines (accès à la santé, au logement, à l’emploi etc.). Les membres d’Inclusion Europe ont tiré la sonnette d’alarme, notamment sur la prise en charge de ces personnes. Les établissements ne sont pas suffisamment contrôlés par les autorités publiques et les cas de violences et d’agressions ne sont ni reportés, ni condamnés.

Nous avons plus particulièrement échangé sur la violence faites aux femmes handicapées : 2 femmes handicapées sur 3 ont été victimes de violences fondées sur le genre ! Du fait de leur situation de dépendance, il est encore plus difficile pour ces femmes de la signaler à la justice et aux services d’assistance et de protection.

Je l’ai clairement affirmé dans mon rapport sur l’adhésion de l’Union à la Convention d’Istanbul : les femmes handicapées ont le droit fondamental de jouir pleinement et dans des conditions d’égalité de tous les droits et libertés fondamentales. J’ai appelé à la mise en place de mesures spécifiques afin de répondre à leurs besoins (des soins de santé appropriés ou des lieux d’hébergement sûrs).

En ce sens je soutiens pleinement le projet d’Inclusion Europe sur les violences faites aux femmes dont la première étape est le recueil des témoignages de ces femmes handicapées. Cette phase de recherche est indispensable pour que les pouvoirs publics comprennent l’ampleur et la gravité de la situation.

Pour finir, nous avons évoqué les cas de stérilisation forcée sur les personnes avec un handicap mental. En cette journée pour le droit à l’avortement partout en Europe, il est fondamental de rappeler que toutes les femmes doivent avoir le contrôle de leurs corps.

Je félicite Inclusion Europe pour son engagement en faveur des plus vulnérables. Nous nous retrouverons pour continuer ce combat de la dignité et des droits fondamentaux de tous.