Les eurodéputés socialistes participent au Congrès du Parti Socialiste Européen (PSE) à Lisbonne

Communiqué de la Délégation socialiste française

Les partis et organisations membres du PSE se sont réunis les 7 et 8 décembre à Lisbonne pour échanger sur les orientations de la législature 2019-2024. Le Parti socialiste européen est aujourd’hui la deuxième force politique à l’échelle européenne. Les divisions de la droite permettent d’entrevoir la possibilité d’une majorité progressiste, avec comme force centrale le PSE. Les eurodéputés socialistes français plaident pour une Europe radicalement différente et défendent un programme ambitieux à même de répondre aux attentes légitimes des Européens.

 

Le Manifeste du PSE sera adopté en février 2019 à Madrid, nous y défendrons les propositions suivantes pour engager une rupture radicale dans les priorités politiques de l’Union européenne :

– La lutte contre le dérèglement climatique et la transition écologique et énergétique comme priorités absolues avec un plan d’urgence européen pour le climat, qui s’appuie notamment sur un plan d’investissements verts de 500 milliards d’Euro sur 5 ans, un « airbus » des énergies renouvelables, et la sortie du calcul des déficits publics des investissements liés à la transition énergétique.

– La défense des droits fondamentaux, le refus de tout compromis avec les forces populistes et conservatrices, la lutte contre toutes les discriminations, pour l’égalité des droits, le libre choix et le droit à l’avortement, l’égalité entre les femmes et les hommes.

– La lutte contre les inégalités avec la construction d’une Europe du progrès social partagé autour notamment d’un salaire minimum dans chaque pays.

– la mobilisation autour des enjeux éducatifs et culturels en favorisant la mobilité de tous les jeunes et en leurs donnant les clés de la citoyenneté européenne dont ils sont les futurs acteurs.

– La mise en place d’un autre pilotage économique et financier de la zone Euro, avec une autre approche du budget européen, et de nouvelles orientations pour les politiques d’investissement, afin de donner une priorité claire à l’emploi, au développement durable, à la transition écologique et énergétique, ainsi qu’à la recherche et l’innovation.

– La révision des politiques commerciales et de concurrence pour faire prévaloir la défense des intérêts de l’Europe et celle de son modèle social et de développement durable avec le « juste échange ». La lutte contre les paradis fiscaux et le dumping fiscal en Europe et dans le monde.

– Le choix d’une politique migratoire européenne solidaire fondée sur les valeurs d’ouverture au monde, le respect du droit d’asile, et la régulation collective des flux migratoires.

Nous sommes résolus à faire porter ces priorités par Frans Timmermans, le candidat à la présidence de la Commission européenne de notre famille social-démocrate européenne. Il devra les incarner durant la campagne à venir et les mettre en œuvre au sein d’une alliance des groupes de gauche et des écologistes.

Par ailleurs, nous saluons et soutenons également l’ensemble du travail mené par la Commission Indépendante pour l’Egalité Durable dans le cadre du projet Progressive society et les 110 propositions des socialistes et démocrates européens, que nous vous invitons à consulter ici : http://www.deputes-socialistes.eu/quelle-europe-face-au-chaos/

 

Echange avec les élèves de Terminale du lycée français de Lisbonne

Vendredi 7 décembre j’étais invitée à intervenir devant des élèves de terminale du Lycée français de Lisbonne sur les institutions européennes et les politiques actuellement en cours de discussion au Parlement européen.

Après leur avoir exposé les caractéristiques institutionnelles de l’Union européenne, Commission Parlement et Conseil, j’ai présenté quelques dossiers dont j’avais eu la responsabilité au Parlement européen, sur le 4ème paquet ferroviaire, la commission d’enquête sur les émissions de polluant dans le secteur automobile ou encore la Convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes.

Nous avons ensuite échangé sur plusieurs dossiers clés actuellement en cours de discussion qui figurent également dans leur programme.

J’ai été interrogée sur les politiques de concurrence européennes et son articulation avec les missions de service public. A travers l’exemple du  4ème paquet ferroviaire, j’ai pu leur préciser que le principe de concurrence libre et non faussée était aujourd’hui fortement discuté pour pouvoir garantir des missions de services publics à tous les Européens. De la même manière, l’interdiction aujourd’hui toujours en vigueur d’autoriser des aides d’Etat pour soutenir les entreprises européennes était désormais remis en question. L’Union européenne est potentiellement la première puissance mondiale mais peine encore à s’affirmer comme tel dans les échanges commerciaux et dans sa politique de marché intérieur. Je leur ai indiqué qu’au sein du groupe des Socialistes et démocrates nous préconisions de réautoriser ces aides d’Etat mais aussi de s’assurer d’une préférence européenne dans l’attribution de marchés publics par appels d’offres.

La Convention d’Istanbul et le prévention et protection des femmes et des filles ont également fait l’objet de nombreuses questions.

Enfin l’amélioration du processus démocratique et l’abstention ont aussi été largement abordés.

Je remercie vivement Mehdi Benlahcen et Flavie Rousseau d’avoir organisé cette conférence. J’ai été très impressionnée par la qualité de la préparation et l’intérêt des élèves. C’était un débat de haut niveau !

#Europe Un programme, un leader, une stratégie. Retour sur le conseil du Parti socialiste européen devant le Conseil national

Voici mon intervention en Conseil national du Parti socialiste samedi 9 décembre suite au Conseil du PSE à Lisbonne les 1 et 2 décembre.

Le week-end dernier, le Parti socialiste européen (PSE) a tenu son conseil à Lisbonne. Nous étions présents parmi les plus de 500 participants, activistes européens et membres de leurs partis nationaux.

Le choix de la capitale portugaise pour la tenue de ce conseil était un signe politique fort pour la famille sociale-démocrate.

Car il rend hommage au choix de la cohérence politique mise en œuvre au Portugal depuis plus de deux ans par une coalition de gauche réunie à l’initiative du Parti socialiste. Le refus des socialistes portugais de se joindre à une grande coalition avec la droite, et leur volonté de mettre fin aux politiques austéritaires ont démontré la justesse de leur choix au regard de la relance économique et de l’emploi et de la redistribution sociale rendue possible.

En cette période de confusions idéologiques – qu’entretient notamment en France et en Europe le parti du président de la République – la réaffirmation des clivages entre la droite et la gauche fut précisément au cœur de la résolution sur son orientation politique adoptée par le conseil.

Ce texte, accessible en Français sur le site du PSE va être envoyé à tous les militants et devrait être aussi accessible sur notre site.

A l’initiative de Rachid Temal, le Parti socialiste a pris activement sa part dans la rédaction de ce texte. Nos amendements (notamment sur les stratégies d’alliance, sur les taxations des sociétés, le commerce international, les ressources propres et la politique budgétaire, le droit de vote sur citoyens européens sur leur lieu de résidence pour tous les scrutins), o débattus en groupe de travail, en bureau national, puis par la délégation présente à Lisbonne avant le vote, ont été adoptés. Je veux ici saluer le travail collectif des membres du BN, de mes collègues de la Délégation socialiste française au Parlement européen, des activistes du PSE et des permanents du Parti socialiste qui ont contribué à bâtir les propositions portées par notre délégation pour une refondation de l’Europe progressiste.

Dans sa résolution, le PSE dresse le constat lucide « des effets dévastateurs des politiques d’austérité libérales » à l’échelle européenne. Les effets sociaux de la crise ont éveillé le nationalisme qui menace non seulement le progrès social mais également l’existence même du projet européen. Aussi, le PSE appelle au rassemblement des partis progressistes déterminés sur nos priorités pour des politiques sociales et fiscales environnementales fortes.

Une autre résolution a été adoptée tout aussi importante. Elle appelle à la coalition des forces progressistes et pro-européennes permettant la désignation du candidat tête de liste qui aura vocation à devenir Président de la Commission européenne, par un système de primaire

et confirme le choix des Socialistes et démocrates pour les listes européennes/transnationales, propositions que défendaient les socialistes français.

Et Oui ! Nous avons cette force : nous sommes un grand parti européen qui porte une stratégie commune, pour son programme, son leader et ses alliances de majorité.

Alors un conseil. Cessons de regarder avec obsession ce que pourraient faire tel ou tel parti/ mouvement français et comment nous pourrions nous positionner par rapport à eux.

Consacrons plutôt nos forces à concrétiser notre feuille de route et à porter la stratégie politique définie à Lisbonne. Soyons les artisans du rassemblement pas les suiveurs.

Le PS français y prendra toute sa part et les enjeux européens doivent constituer un pôle majeur dans nos réflexions pour le prochain congrès.

Je rappelle que le Parti socialiste, en dépit parfois de ses divergences internes, n’a jamais cessé de s’investir dans la réflexion sur l’Europe.

Pour les plus récents adoptés par nos instances nationales, nous rappelons ici : les propositions pour réorienter l’Europe issues de la convention Europe (juin 2013), le mémorandum pour le plan européen d’investissements d’avenir (novembre 2014), la réponse européenne aux menaces terroristes (janvier 2015), le texte sur l’avenir de l’Europe (octobre 2015) ou le cahier de la présidentielle « Donner une force à l’Europe, donner un sens au monde » (juillet 2016).

L’appétence des militants pour ces enjeux ne faiblit pas, au contraire ! Il suffit de voir le nombre d’ateliers de la refondation qui ont portés sur l’Europe, des contributions élaborées dans les fédérations.

Un programme. Un leader. Une stratégie.

La mobilisation doit maintenant s’amplifier pour transformer les orientations ambitieuses contenues dans les textes adoptés par les socialistes européens la semaine dernière, en actes. Au travail !

Les élèves du lycée français de Lisbonne à la découverte du Parlement européen

Mardi 22 novembre, pendant la session plénière du Parlement européen de Strasbourg, j’ai reçu un groupe d’élèves du lycée français Charles Lepierre de Lisbonne. Il s’agissait d’un groupe d’élèves de mon ami Mehdi Benlahcen, professeur mais aussi Conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger pour le Portugal et Président du groupe Français du Monde à l’AFE.

lisbonne

Les échanges ont tout d’abord porté sur le choix des commissions parlementaires par les eurodéputés. Dans mon cas, ayant travaillé sur la question des transports en tant que conseillère régionale j’ai naturellement eu la possibilité de siéger dans la commission des transports. Je suis également membre de la commission des Libertés civiles, de la justice et de la sécurité intérieure. Cette semaine par exemple, la question des violences faites aux femmes est au cœur du débat européen et je suis fière d’être rapporteure sur le texte d’adhésion de l’Union européenne à la convention d’Istanbul. J’ai sensibilisé les élèves sur ce sujet qui me tient à cœur.

Sur le fonctionnement interne des commissions et des réunions de groupe, j’ai expliqué qu’en commission thématique les eurodéputés votent et préparent des amendements sur les textes proposés par le Commission européenne et le Conseil. Dans le groupe des socialistes et démocrates, les 28 Etats sont globalement représentés. C’est un atout pour le travail d’unification que nous menons, même si certains débats sont parfois difficiles car les enjeux nationaux interfèrent sur des questions sensibles. Sur la défense par exemple, le contexte géopolitique actuel, empêche la création d’une véritable armée européenne de défense. Les socialistes allemands sont opposés à cette idée. Alors, même si les membres du groupe peuvent trouver des positions unanimes sur certains sujets, il y a des thématiques qui restent assez clivantes. Le salaire minimum européen en fait partie ; surtout quand on sait que les socialistes roumains ou polonais y sont farouchement opposés. Cependant, le but des groupes politiques au Parlement européen reste quand même de se mettre d’accord et de porter des idées partagées.

Lors des débats, les élèves étaient surpris par le nombre important d’eurodéputés français du Front national qui font partie du groupe ENF (Europe des nations et des libertés) au Parlement européen. J’ai donc expliqué que le Front national a réalisé des scores importants aux élections européennes de mai 2014 et la faible mobilisation, notamment des jeunes, y est pour beaucoup dans ces résultats. Les conséquences ont été terribles pour les autres partis politiques et la composition des groupes. Par exemple, la Délégation socialiste française se place en 6ème position des délégations du groupe S&D derrière la délégation allemande, italienne et roumaine ; alors même si cela ne nous empêche pas de travailler chaque jour pour la défense des intérêts français et européens, le poids des décisions n’est pas le même.

Une élève m’a posée la question de l’organisation de mon temps. Je lui ai répondu que les eurodéputés travaillent beaucoup, trois semaines par mois à Bruxelles et une semaine intense de plénière à Strasbourg. Par ailleurs, je partage mon temps entre le Parlement et ma circonscription d’élection (l’Ile-de-France) qui m’amène à beaucoup voyager à l’extérieur car je suis également élue pour les Français de l’étranger.

En conclusion des échanges j’ai rappelé que pour mener à bien son mandat de député européen la question de l’engament militant est essentielle, car il détermine la politique que l’on souhaite appliquer sur le territoire européen. Les socialistes défendent des valeurs humanistes qui ont vocation à développer les progrès sociaux à l’échelle européenne. C’est toujours avec plaisir que je reçois des groupes de visiteurs sur mon lieu de travail. C’est l’occasion pour eux de plonger au cœur du Parlement et de profiter de l’effervescence des plénières pour approfondir leurs connaissances des institutions européennes.