Cannabis thérapeutique : c’est pas OCB, mais CBD !

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui une résolution ambitieuse afin de défendre les vertus du cannabis thérapeutique ! Il est temps de sortir du conservatisme et de promouvoir l’utilisation du cannabis à des fins médicales. Il s’agit de faciliter l’accès à des médicaments à base de cannabis notamment pour soulager les souffrances de millions de patients frappés par des pathologies lourdes, notamment ceux en chimiothérapie.

Communiqué de la Délégation socialiste française

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui une résolution ambitieuse afin de défendre les vertus du cannabis thérapeutique.

Pour Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy, Présidente de la délégation socialiste française, « l’utilisation du cannabidiol (CBD) devrait être autorisée à l’échelle européenne : cette substance permet notamment de soulager les souffrances de patients frappés par des pathologies lourdes, notamment ceux en chimiothérapie. Pourquoi s’en passer ? ».

« Il ne s’agit pas de cannabis récréatif, même si je suis également favorable à titre personnel à sa légalisation. Le CBD n’est pas psychotrope, contrairement au THC » précise l’élue.

« Parce que tous les États ne reconnaissent pas ces produits de la même façon, et que nous souhaitons une égalité de traitement des patients face à la douleur, nous souhaitons une harmonisation de la régulation, former le corps médical et financer la recherche sur ce type de produits. C’est aussi une opportunité pour nos agriculteurs et notre tissu économique, et un domaine où nous devons cesser d’être dépendants d’importations extérieures à l’Union européenne » conclut Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy.

Mon explication de vote :

J’ai voté pour la résolution du Parlement européen sur l’utilisation du cannabis à des fins thérapeutiques. J’ai voté pour cette résolution car il est temps que l’Union européenne harmonise les législations nationales relatives à l’utilisation du cannabis à des fins médicales. L’utilisation du cannabis à des fins médicales peut avoir des vertus thérapeutiques qui pourraient bénéficier à des millions de citoyens en Europe.  J’ai voté pour cette résolution qui demande à la Commission et aux États Membres d’améliorer l’égalité d’accès aux médicaments à base de cannabis et s’assurer que les médicaments efficaces pour lutter contre les affections concernées soient couverts – lorsqu’ils sont autorisés – par des régimes d’assurance maladie, comme c’est le cas pour d’autres médicaments. Le Parlement européen demande aussi à la Commission européenne de définir les domaines prioritaires de la recherche sur le cannabis à usage médical.

Budget de l’Union 2019 : le Parlement force la main du Conseil

Communiqué de la Délégation socialiste française

Le budget 2019 adopté ce mercredi 12 décembre a fait l’objet de nombreuses tractations au terme desquelles, et après une très belle bataille, les Socialistes & Démocrates européens ont décroché un accord plus ambitieux que celui défendu par les États-membres.

À l’issue d’une procédure de conciliation budgétaire très tendue, et sur la base des dernières propositions de la Commission européenne mises sur la table le 4 décembre dernier, le Parlement européen a pu obtenir des avancées significatives de la part du Conseil, validées en Comité de représentants permanents (COREPER) en fin de semaine dernière.

« Je salue la fermeté et la détermination de notre collègue Daniele Viotti, qui ont pesé fortement dans les négociations. Le compromis arraché se traduit par un solde de 321 millions d’euros supplémentaires au total cumulés pour le budget 2019. C’est le meilleur résultat obtenu depuis dix ans. Le Parlement en codécision fait donc progresser le budget européen », explique Karine Gloanec Maurin, membre de la commission des Budgets.

« Cette somme, ajoute-t-elle, sera ventilée au bénéfice de nos priorités : emploi, jeunesse et mobilité, recherche, environnement, coopération et accueil des migrants. »

Karine Gloanec Maurin souligne par ailleurs « la prise en compte d’un partage plus juste des efforts consentis entre les États et l’Union Européenne dans le cadre de l’instrument financier de traitement des réfugiés en Turquie ».

Les Socialistes et démocrates européens ont lié leur positionnement au futur cadre financier pluriannuel 2021-2027 afin que le budget communautaire représente un pourcentage plus important du PIB des États-membres et offre davantage de flexibilité.

« Nous avons défendu l’idée d’un report des sommes non dépensées d’une année sur l’autre dans le domaine de la recherche. C’est une possibilité dont le Conseil n’a pas voulu faire usage, ce que nous dénonçons. L’article 15.3 du règlement financier de l’Union (que le Conseil lui-même a négocié dans ses termes actuels) permet ce type de redéploiement, évitant que l’argent non dépensé ne reparte finalement dans l’escarcelle des États. Néanmoins, la Commission et le Conseil ont pris acte de notre volonté d’introduire plus de souplesse dans la gestion du budget de l’Union. L’usage de l’article 15.3 sera préconisé pour le prochain cadre financier, se félicite au final l’eurodéputée.

« Si nous voulons sortir l’Union Européenne de l’immobilisme et lui donner les moyens d’agir concrètement pour l’avenir des citoyens européens, nous devons veiller à un financement fort de l’UE. Le budget 2019, dernier exercice de la mandature, est de ce fait lourd de symboles, conclut Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy, présidente de la Délégation des socialistes et radicaux français au Parlement européen.

Mon explication de vote :

J’ai voté pour le rapport du Parlement européen sur le Budget de l’Union 2019. J’ai voté pour ce rapport qui se traduit par une hausse de 321 millions d’euros supplémentaires pour le budget 2019. J’ai voté pour ce rapport parce que ce surplus sera ventilé au bénéfice de nos priorités : emploi, jeunesse et mobilité, recherche, environnement, coopération et accueil des migrants. J’ai aussi voté pour ce rapport parce que si nous voulons sortir l’Union Européenne de l’immobilisme et lui donner les moyens d’agir concrètement pour l’avenir des citoyens européens, nous devons veiller à un financement fort de l’UE.