Plastique : Un plan Marshall pour les océans

Communiqué de la Délégation socialiste française

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un rapport ambitieux pour éradiquer le plastique en Europe. Si les eurodéputés socialistes et radicaux se félicitent de l’adoption de ce rapport, ils dénoncent l’absence de proposition concrète de la part de la Commission européenne.

Pour Eric Andrieu, vice-Président du groupe socialiste au Parlement européen, « la proposition de la Commission européenne est une goutte d’eau. Ce n’est pas en interdisant les bâtonnets de coton-tige, les couverts, les assiettes, les pailles et les bâtonnets mélangeurs pour boissons et les tiges pour ballons de baudruche que nous allons régler le problème ! ».

Dans son intervention, l’eurodéputé audois a également martelé : « Non, les coupables ne sont pas nos citoyens européens qui jettent leurs paquets de chips dans des poubelles recyclables, et il faut arrêter la culpabilisation des consommateurs dictée par l’industrie et les lobbies de l’emballage plastique. Arrêtez avec cette logique néo-libérale, que nous connaissons trop bien en France et qui consiste à dire que la pollution, c’est la faute du consommateur, la crise financière, c’est la faute des ménages et le chômage, c’est la faute des chômeurs ».

Pour Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, Présidente de la délégation socialiste française, « nous avons laissé les industriels et détenteurs des capitaux faire usage de notre monde comme de leur décharge privée afin de faire des profits, à tel point que notre planète compte désormais un septième continent fait de 80 000 tonnes de déchets plastiques. Nous devons collectivement mesurer l’urgence de la situation et repenser l’ensemble de notre modèle économique, car c’est l’existence même de l’espèce humaine qui est en jeu ».

« Des mesures ambitieuses s’imposent : nous devons réduire l’utilisation du plastique, transformer la conception, la production, l’utilisation et le recyclage des produits en plastique en Europe. Les principes de l’économie circulaire doivent être traduits dans la réalité. Tous les emballages faits de ce matériau-là doivent être recyclables d’ici 2030 » ajoute l’eurodéputée.

« Enfin, partisans du principe pollueur-payeur, nous considérons que c’est l’industrie du plastique et les géants de l’industrie qui devront financer le grand plan Marshall pour les océans que nous appelons de nos vœux »» concluent Eric Andrieu et Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy.

 

Mon explication de vote :

Il y a urgence à réduire les déchets à base de plastique sur notre planète, les océans étouffent, la biodiversité est en danger, et l’espère humaine avec elle. Nous devons impérieusement limiter nos usages du plastique, et quand il n’existe pas d’alternative, produire et utiliser les matières plastiques de manière responsable et durable, en accord avec les principes de l’économie circulaire. La Chine qui a récemment interdit l’importation de déchets en plastique met l’Europe face à ses responsabilités : nous devons assumer nos propres déchets, et les réduire. La Commission s’est saisie de l’occasion en proposant une stratégie pour le plastique, il faut maintenant la traduire en actes concrets. Le travail législatif ne fait que commencer, et devra impérativement être poursuivi au-delà du mandat actuel de la Commission et du Parlement. Il faut par exemple interdire les plastiques à usage unique, privilégier les matériaux de substitution (verre, bois, ou encore papier) partout où c’est possible, harmoniser les collectes et les filières de recyclage, mieux informer les consommateurs… La liste est longue des actions à prendre le plus vite possible, et je me réjouis que l’Union européenne se saisisse du problème, dans l’intérêt de notre planète et de ses habitants !

 

Pollution de l’air : il est urgent de détoxifier l’avenir de l’Europe

Communiqué de la Délégation socialiste française

Les eurodéputés socialistes et radicaux ont pris connaissance aujourd’hui du premier rapport de la Cour des comptes européenne consacré à la pollution de l’air.

Nous partageons pleinement son diagnostic : l’Europe n’a pas fait assez pour protéger la santé des Européens. La pollution atmosphérique cause plus de 400 000 décès prématurés chaque année dans l’UE, exacerbe les maladies chroniques et entraine des centaines de milliards d’euros de coûts pour la santé et l’environnement.

Les socialistes français au Parlement européen appellent à une révision ambitieuse de la législation actuelle en matière de qualité de l’air et appellent l’Europe à se donner les moyens de ses ambitions.

Pour Eric Andrieu, vice-Président du groupe Socialiste au Parlement européen, et Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, présidente de la délégation socialiste française, « ce rapport vient appuyer ce que nous disons depuis des années : la directive de 2008 sur la qualité de l’air a besoin d’une révision ambitieuse et de normes plus strictes. En effet, les normes sur lesquelles elle se fonde sont dépassées et ne prennent pas en compte les dernières recherches scientifiques et médicales, et surtout elles ne sont pas assez exigeantes, comme pour le dioxyde de soufre, pour lequel la limite d’exposition quotidienne fixée en Europe est plus de six fois supérieure à celle de l’OMS. Pour les fameuses particules fines PM10, le seuil annuel est le double de celui de l’OMS. L’écart est encore plus important pour les PM 2,5, qui sont pourtant les plus dangereuses. Il est urgent d’actualiser les normes européennes et de les aligner sur celles de l’Organisation Mondiale de la Santé ».

 

Les eurodéputés socialistes rappellent que « la législation européenne n’est pas respectée par les Etats membres, à commencer par la France, poursuivie devant la Cour de justice. Il nous faut un mécanisme ferme pour faire respecter des normes ambitieuses ».

 

« Enfin, ce débat est indissociable de la question des moyens : le montant global des fonds consacrés à la qualité de l’air est trop faible. Il représente moins de 1 % des fonds de cohésion de l’UE. Le prochain cadre financier pluriannuel devra être au service de la transformation écologique de notre économie, afin de relever les défis climatiques et environnementaux qui se dressent devant nous », concluent Eric Andrieu et Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy.

Emissions de CO2 des voitures et vans : la commission environnement désavoue la commission transports

Communiqué de la Délégation socialiste française

La commission en charge de l’environnement au Parlement européen a adopté hier sa position sur les futures normes d’émissions de CO2 des voitures et des vans, pour lutter contre le réchauffement climatique. Les eurodéputés socialistes et radicaux se félicitent de ce vote, qui désavoue celui de la commission transports du 10 juillet 2018.

Pour Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, présidente de la délégation socialiste française qui a participé au vote et rapporteure dans la commission transports, « ce vote est de bon augure dans la perspective du vote en plénière en octobre. Contrairement au vote de la commission transports, l’environnement et la santé des européens sont passés devant les préoccupations économiques de court-terme. La volonté et l’espoir nés lors de la COP 21 sont toujours là, n’en déplaise à la majorité conservatrice et libérale ! ».

« Réduction des émissions, contrôle du respect des normes par les constructeurs automobiles, création d’une Agence européenne des transports terrestres : la commission environnement a su faire preuve d’ambition », ajoute l’eurodéputée.

« Qu’on le veuille ou non, le changement climatique a déjà commencé, l’été que nous avons vécu est une nouvelle démonstration. Qu’on le veuille ou non, le modèle industriel automobile actuel, le moteur à combustion avec des carburants fossiles, se trouvera vite dépassé dans la compétition internationale, et les dégâts socio-économiques seront terribles si notre industrie ne prend pas très vite le virage nécessaire. C’est désormais à l’ensemble des eurodéputés de se positionner en conscience lors du vote en plénière », conclut Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy.

Réussir l’intégration des migrants dans le marché du travail en Europe, notre défi!

Le jeudi 30 août, la commission LIBE recevait le Forum européen sur la migration pour un débat autour de l’intégration des migrants au marché du travail et des mesures à prendre pour faciliter leur embauche. Les problèmes rencontrés sont nombreux tant techniques, tels que la longueur des procédures d’asile et la difficile reconnaissance des qualifications, que politiques. Alors que tous les indicateurs économiques et sociaux montrent qu’ils seraient bénéfiques pour toute la société de faciliter le travail des migrants, la réalité est bien différente. La plupart des décideurs politiques choisissent d’ignorer ces recommandations et les préconisations de la société civile de peur de défier leur électorat. Il est temps de changer la narrative autour de la migration et c’est ainsi que j’ai débuté mon intervention : la migration n’est pas un problème mais bien une solution.

Merci Mr le Président,

Merci au Forum de la migration pour leur présentation et leur travail,

Je suis en accord avec la philosophie de votre propos et de votre rapport ; la migration n’est absolument pas un problème auquel nous devons faire face, il faut la considérer positivement et comme une solution. Et nous avons tous intérêt à intégrer au mieux les migrants dans nos marchés du travail ; d’abord car c’est déterminant pour leur intégration et leur accès à des conditions de vie dignes et décentes. Mais aussi pour des raisons purement économiques : la population européenne est vieillissante et notre défi démographique est énorme ; nous aurons toujours plus besoin de main d’œuvre.

En vous écoutant, on se rend compte qu’il nous reste encore beaucoup de travail à faire mais je réalise aussi que certaines réflexions ont bien été prises en compte ; du moins dans cette assemblée. En particulier sur l’accès simplifié au marché du travail et à l’apprentissage de la langue du pays d’accueil, condition sine qua non pour trouver un emploi. Lors du travail sur la Directive sur les conditions d’accueil votée en LIBE en avril 2017, nous avons demandé aux États d’assurer que les demandeurs aient accès au marché du travail au plus tard 2 mois après la demande d’asile et un accès effectif à des cours de langue gratuitement dès la demande effectuée.  Donc ma question est d’ordre général mais elle me semble de la première importance : comment convaincre, dans ce climat politique moribond, qu’il faut accueillir, aider et investir dans les migrants ? Car il nous faut de la volonté politique et c’est bien ça dont nous manquons cruellement.

 

 

Déploiement des infrastructures de carburants alternatifs en Europe

Je suis intervenue ce matin dans le cadre du débat, en commission parlementaire des transports, sur le déploiement en Europe des infrastructures de carburants alternatifs. La décarbonisation des transports est un impératif absolu que personne ou presque ne conteste, mais au-delà de ce constat, encore faut-il se mettre d’accord sur la feuille de route à suivre. L’Europe dispose déjà d’une directive de déploiement des infrastructures de recharge, qui sont indispensable à la transition énergétique dans les transports, mais cette directive se révèle à l’usage mal adaptée, dans une thématique industrielle qui évolue et innove très vite, et finalement on constate que les carburants fossiles continuent de largement dominer les transports. Il est clair qu’il nous faut une législation plus adaptée. Malheureusement, la Commission s’est réveillée trop tard, et s’est contentée d’une communication là où il aurait fallu une nouvelle directive. Mais les parlementaires sont nombreux à vouloir réviser ce texte, espérons que l’Union européenne arrivera à se saisir du sujet avant qu’il ne soit trop tard !

Merci Madame la Présidente, et merci à Ismaïl Ertug, le rapporteur, et aux shadow rapporteurs. Le sujet est par essence européen, car les véhicules ne s’arrêtent pas aux frontières, le CO2 non plus. C’est un enjeu fondamental de la mobilité de demain, c’est pourquoi il est important que l’on s’en saisisse, mais comme ça a déjà été dit, notamment par Ismaïl Ertug, le calendrier est un peu dommageable puisqu’on arrive en fin de mandature, et que ce n’est qu’un rapport d’initiative, alors que le sujet nécessiterait d’être beaucoup plus conséquents, pour qu’on ait enfin une doctrine européenne efficace en la matière.

Ce sujet touche à la fois à nos capacités industrielles, mais aussi, cela a été rappelé par Keith Taylor, aux équilibres géopolitiques internationaux, à la confiance des consommateurs (qui veulent être sûrs de pouvoir recharger leur véhicule où qu’ils se déplacent), mais aussi à l’innovation européenne, ainsi qu’aux débouchés de plusieurs filières agricoles. Il s’agit de problématiques trop vastes et trop importantes pour être rapidement balayées. Le réseau de distribution actuel de carburants alternatifs n’est pas adéquat, cela fait consensus, mais définir ce qu’il faut, où, dans quel calendrier d’installation, tout ceci sont des points de discussion qu’il faudra bien remettre sur la table un jour ou l’autre, et si possible avant d’avoir dépassé les 2 degrés de réchauffement !

Créer et entretenir le réseau de carburants alternatifs qu’il nous faut pour respecter l’accord de Paris, et au passage asseoir le leadership européen en la matière, demande des financements, et une stratégie qui fasse consensus. L’union européenne en a la capacité, mais il faut alors traiter le sujet de façon vraiment prioritaire, et pas à la va-vite au milieu de tous les autres dossiers transports en souffrance.

Pour un futur Mécanisme d’interconnexion en Europe ambitieux au service des territoires

Mercredi 29 août, en commission des transports nous avons abordé la réforme du futur mécanisme d’interconnexion pour l’Europe (MIE). Le MIE c’est le programme européen qui finance le développement des réseaux transeuropéens dans trois secteurs clés de l’économie européenne : les transports, l’énergie et le numérique. C’est un programme qui finance des projets qui impactent la vie quotidienne de millions d’européens. En France la majorité des grands projets d’infrastructures dans les transports bénéficient d’un soutien du MIE. Pour la prochaine période de programmation 2021 – 2027 il sera donc fondamental de garantir le niveau d’ambition de ce mécanisme qui a fait ses preuves et qui fonctionne.

Lors de mon intervention j’ai insisté sur l’importance de renforcer le rôle des régions et des collectivités dans la mise en œuvre du programme pour faciliter l’accès aux financements et renforcer la visibilité du programme dans nos territoires. J’ai également appelé à inscrire de nouveaux objectifs dans les priorités du programme en lien avec la lutte contre la fracture territoriale entre les centres urbains, les zones périurbaines et rurales.

Merci,

Tout d’abord je voulais indiquer que je soutenais pleinement les amendements qui visent à plafonner à 10% la part de l’enveloppe transport qui peut être allouée sous forme d’instrument financier. Les subventions doivent rester l’instrument central du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe dans le secteur des transports qui nécessitent des investissements de long terme et un engagement fort du secteur public.

Concernant la volonté de simplification des rapporteurs, ne pourrait-on pas aller plus loin en supprimant le verrou de l’approbation préalable des États membres dans le processus de dépôt des projets dans le cadre d ‘un appel d’offre ?

Je souhaiterais que nos commissions soutiennent pleinement les régions et les collectivités territoriales pour qu’elles puissent déposer directement des propositions de projets auprès de la Commission sans être tributaires de la validation préalable de leur gouvernement.  Cela permettrait de faciliter davantage l’implication des régions dans le développement des RTE-T et de renforcer la visibilité du MIE dans les territoires.

Concernant les priorités et les actions à soutenir dans la proposition de règlement il est nécessaire d’ajouter également d’intégrer les actions améliorant l’accessibilité et le développement des services de transports pour réduire la fracture territoriale entre les villes, les zones périurbaines et les zones rurales.

Émissions de CO2 des voitures et vans : lobbies 1 – climat 0 ?

Communiqué de la Délégation socialiste française

La commission des Transports du Parlement européen s’est prononcée aujourd’hui sur les futures normes d’émissions de CO2 des voitures et des vans, pour lutter contre le réchauffement climatique. Le bilan ? Une fois de plus, l’environnement passe après les inquiétudes économiques de court-terme, et la majorité conservatrice et libérale de cette commission a tout fait pour étouffer au plus possible les ambitions progressistes de la rapporteure Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, malgré les engagements européens lors de la COP 21, faisant peu de cas des enjeux de compétitivité industrielle de la prochaine décennie.

Non seulement l’avis de la commission des Transports s’est avéré très en deçà de la réduction d’émissions qu’il faut à l’Europe pour atteindre ses objectifs climatiques, mais la droite conservatrice et libérale s’est aussi opposée à un contrôle plus rigoureux du respect des normes par les constructeurs automobiles, alors même que le dieselgate (qui continue encore aujourd’hui) avait clairement montré les limites des tests en laboratoires, bien moins représentatifs que les tests en conditions réelles. Les libéraux ont aussi décidé, au dernier moment, de ne plus soutenir la création d’une Agence européenne des transports terrestres, qui serait pourtant la meilleure garantie d’un contrôle indépendant des intérêts économiques des États-membres.

« Qu’on le veuille ou non, le changement climatique a déjà commencé. Qu’on le veuille ou non, le modèle industriel automobile actuel, le moteur à combustion avec des carburants fossiles, se trouvera vite dépassé dans la compétition internationale, et les dégâts socio-économiques seront terribles si notre industrie ne prend pas très vite le virage nécessaire. La majorité de la commission des Transports a choisi de rester dans le déni, et les socialistes et démocrates en prennent acte. Mais il n’est pas question pour ce groupe, ni pour moi, de cautionner cela », insiste Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy. « C’est pourquoi j’ai décidé de retirer mon nom du texte final » ajoute l’élue.

Le combat se poursuivra dans les autres commissions parlementaires, puis en plénière, pour une mobilité plus juste, plus durable, et plus adaptée aux défis du 21e siècle.