Pour la sauvegarde du site d’Alstom à Belfort

Lors de la session plénière du Parlement européen de septembre, les députés européens se sont mobilisés afin d’envoyer un message de soutien aux ouvriers des sites industriels d’Alstom à Belfort et de Caterpillar à Gosselies, en Belgique.

Lors du débat, nous avons réitéré nos appels pour une véritable politique industrielle européenne capable de protéger nos industries d’une concurrence internationale parfois déloyale mais aussi capable de soutenir activement les investissements sur le long terme.

J’ai ainsi appelé la Commission à utiliser pleinement le potentiel de tous les fonds européens et notamment du Plan Juncker pour relancer la commande publique dont l’industrie ferroviaire dépend fortement. Dans cette perspective j’ai également rappelé que le renforcement de la flexibilité budgétaire est primordial pour desserrer les contraintes qui brident l’investissement public en Europe.

La Commission doit prendre ses responsabilités et les différentes résolutions et votes du Parlement européen, que ce soit sur le quatrième paquet ferroviaire, sur  la compétitivité de l’industrie ferroviaire ou encore sur le Plan Juncker, doivent être pleinement prises en compte pour soutenir des piliers de notre tissu industriel européen.

Enfin, les députés du groupe des socialistes et démocrates ont aussi pointé du doigt les manquements des dirigeants industriels qui privilégient une rentabilité financière de court terme au détriment du maintien de l’emploi, des compétences et d’une vision industrielle de long terme.

Voici le texte de mon intervention :

« Chers Collègues,

Je me réjouis que notre Parlement ait fait preuve de réactivité sur la situation des sites industriels de Caterpillar à Gosselies et d’Alstom à Belfort. Avec ce débat nous montrons qu’il ne s’agit pas d’un débat franco-belge mais bien d’un enjeu européen, celui de la mise en place d’une réelle politique industrielle européenne.

Il y a deux mois, dans cette même assemblée, nous avions adopté une résolution pour demander à la Commission de soutenir d’avantage l’industrie ferroviaire européenne et d’utiliser tout le potentiel des fonds européens et du Plan Juncker pour soutenir les commandes publiques.  Il y a cinq mois nous votions le volet technique du 4ème paquet ferroviaire fortement encouragé par les industriels du secteur dont Alstom car il permettait une harmonisation des règles et des produits au sein de l’UE.

Les votes du Parlement européen doivent être entendus, par les citoyens, les institutions mais aussi par les entreprises !

Nous avons un énorme défi à relever celui de la protection de notre industrie face à une concurrence internationale toujours plus dure et parfois déloyale. La Commission doit fixer les règles et limiter l’entrée sur notre marché des groupes étrangers qui bénéficient de subventions massives, et mettent à mal notre industrie ; mais ce débat pose aussi l’échec d’une politique budgétaire qui bride les investissements publics, il faut plus de flexibilité si l’on veut être en mesure de soutenir notre industrie, c’est un enjeu fondamental.

Enfin, ce débat, au fond, c’est aussi et avant tout celui de la défense des femmes, des hommes et des familles entières qui se retrouvent directement impactés. Et si les gouvernements peuvent agir et agissent, les dirigeants industriels doivent aussi prendre leur responsabilité afin de prendre en compte le facteur humain plutôt que de privilégier toujours une pure logique de rentabilité. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s