Retour sur mon déplacement à Berlin

Vendredi 1er et samedi 2 mars je me suis rendue à Berlin, à l’invitation de Philipe Loiseau Conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger pour la circonscription de Berlin.

WhatsApp Image 2019-03-01 at 13.33.49

Cette visite de deux jours m’a permis de faire le point avec l’équipe du Parti Socialiste Philippe Loiseau et Christiane Pecek et de l’association Français du Monde -ADFE représentée par son Président Guillaume Imbert sur la situation des 26 000 Français résidant à Berlin.

La question de la scolarisation des enfants dans les écoles bilingues ou les écoles européennes est l’un des plus grands défis à relever pour assurer le meilleur avenir à ces petits Français.

WhatsApp Image 2019-03-01 at 13.33.29

J’ai ensuite pu échanger avec Amandine Thiriet, comédienne et chanteuse française installée à Berlin. La situation des artistes français à Berlin est précaire, n’étant pas Allemands ils ne bénéficient pas de l’accompagnement social et relèvent souvent du statut de free -lance. La nécessité d’avancer sur la création d’un statut de l’artiste européen est urgente notamment pour garantir une protection sociale indispensable à leur vie professionnelle et familiale.

 

En fin d’après-midi nous nous sommes rendus au siège du SPD de Berlin où j’ai pu échanger avec Gabi Bischoff, candidate aux élections européennes pour Berlin. Gabi Bischoff vice-Présidente du CESE pour les questions sociales connaît déjà parfaitement les arcanes des institutions européennes. Nous avons pu lors de notre réunion publique tenue en duo présenter le bilan de l’action du groupe des Socialistes et démocrates au Parlement européen et surtout dessiner les axes forts de notre campagne commune.

WhatsApp Image 2019-03-01 at 21.13.50

Beaucoup de questions m’ont été posées sur la situation française si particulière et sur notre volonté de rassemblement des mouvements de la gauche pour bâtir une alternative crédible.

Avec Gabi nous partageons la volonté d’avancer résolument vers une transition écologique socialement juste.

WhatsApp Image 2019-03-01 at 21.14.18

Le lendemain, j’ai eu le plaisir d’échanger avec les militants du SPD et les jeunes socialistes allemands, les jusos. Les sujets étaient nombreux et portaient principalement sur la nécessité de développer une nouvelle stratégie en matière de commerce international et de maîtriser la mondialisation avec nos normes sociales et environnementales.

WhatsApp Image 2019-03-02 at 14.31.24

Mon dernier entretien était avec Simone Wahl (éducatrice-coordinatrice, vice-présidente association IAZ pour le bilinguisme en Allemagne, auteure de livres sur les pédagogies fr et alld). Cet échange m’a permis de découvrir l’accueil en milieu bilingue français et allemands de tous-petits (entre 1 et 7 ans) dans de nombreux Kitta qui se développent grâce à l’implication d’acteurs pédagogiques, d’élus et de parents sur-motivés, un bel exemple de ce que l’Europe peut produire de meilleur !

WhatsApp Image 2019-03-02 at 14.32.24

 

Agenda européen en matière de sécurité intérieure

Un an après les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016, le Parlement européen a débattu mercredi de l’agenda européen en matière de sécurité intérieure.

Nous avons d’abord rendu hommage aux victimes des attentats de Bruxelles et de tous les attentats perpétrés en Europe et dans le monde. Ce sont à ces personnes et à leurs familles que nous pensons lorsque nous travaillons à rendre l’Europe plus sûre.

La création d’un véritable espace européen de sécurité est une priorité. Les députés européens ont su prendre leurs responsabilités et ont travaillé, avec efficacité et qualité, pour adopter des mesures importantes, notamment sur l’assistance aux victimes de terrorisme.

La lutte contre le terrorisme nécessite la coopération de tous les acteurs à tous les niveaux. Avec mes collègues, nous avons mis en lumière certaines lacunes comme le manque d’échanges d’informations pertinentes entre États membres. C’est pourtant fondamental pour résoudre des enquêtes transfrontières.

Lors du débat, je suis intervenue pour insister sur le respect absolu des libertés. Les mesures de sécurité doivent être prises mais elles ne doivent pas l’être aux dépens de la liberté. C’est un équilibre fragile qu’il faut préserver à chaque moment.

« Merci Madame la Présidente

Aujourd’hui nous pensons tout particulièrement aux victimes de Bruxelles et d’ailleurs. Ces attentats tragiques ont montré la nécessité d’une coopération plus étroite : plus d’Europe, plus de solidarité.

L’agenda européen en matière de sécurité est une étape nécessaire vers la création d’un espace européen de sécurité intérieure. Et tous les acteurs doivent jouer leur rôle pour veiller à ce que l’Union fasse tout ce qui est en son pouvoir pour garantir la sécurité des citoyens. Force est de constater que les engagements pris par les États membres doivent encore être traduits en actes concrets.

Le Parlement s’investit considérablement dans la lutte contre le terrorisme. Elle s’assure que l’équilibre, fragile, entre la sécurité et le respect des libertés soit respecté. L’un ne va pas sans l’autre. C’est pourquoi, pour nous, l’idée de créer une commission d‘enquête sur le terrorisme n’est pas acceptable ; le renforcement de la sécurité ne doit pas se faire aux dépens des libertés.

Je voudrais conclure par les mots de Jeans Stoltenberg, premier ministre norvégien lors des attentats sur l’ile d’Utova en 2011 : « Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance » »

 

M. Fillon, Berlin et l’Europe : on ne comprend pas tout

Communiqué de la Délégation socialiste française

M.Fillon a fait hier un déplacement à Berlin où il a rencontré Mme Merkel.

Disons-le clairement : après toutes les déclarations de M. Fillon, nous ne savons pas ce qu’il pense.

M. Fillon veut suspendre les négociations commerciales avec les États-Unis ? C’est la position de François Hollande et des eurodéputés socialistes et radicaux. Et c’est savoureux de la part de celui-là même qui les a initiées, sans le moindre mandat, et dont le parti politique continue de défendre l’accord. « Demander l’arrêt des négociations, ce n’est pas du courage mais du sabordage ! » disait M. Proust il y a peu. Dont acte.

M.Fillon demande, comme les socialistes et les radicaux européens, une harmonisation fiscale en Europe ? Le mantra de son parti politique a souvent été de défendre la concurrence fiscale.

M.Fillon préconise « un partenariat d’égal à égal avec l’Allemagne, et de trouver un accord pour renforcer la croissance dans le cadre de la zone euro » ? Il est celui qui, Premier ministre, a laissé l’austérité s’imposer en Europe et qui, aujourd’hui, préconise encore plus d’austérité en France.

M.Fillon souhaite une « Europe debout face aux menaces qui l’entourent » ? Alors que les principaux fauteurs de guerre, M. Poutine et M. Bachar al Assad, sont ses amis, comme son ex-mentor avec Kadhafi avant.

M.Fillon veut « réformer Schengen à cause du défi migratoire » ? Les deux n’ont tout simplement… aucun rapport. Il s’agit de réformer Dublin ! Et pour cela, un principe intangible : le droit d’asile ne se discute pas ! C’est une obligation internationale, et c’est tout l’honneur de Mme Merkel d’avoir respecté cette obligation.

Enfin, cerise sur le gâteau, M. Fillon veut renégocier de fond en comble la directive sur les travailleurs détachés. Nous sommes ravis de lui apprendre que les socialistes et radicaux européens ont obtenu l’ouverture de cette révision, à l’initiative de l’actuel gouvernement français. Il a peut être échappé à M. Fillon que c’est Mme Morin-Chartier qui a été désignée rapportrice au Parlement européen.

Bref, l’Europe a besoin d’un nouvel élan et de se ré-inventer ? M. Fillon devrait commencer par se renseigner sur l’état de l’Union, par se mettre d’accord avec lui-même et ses amis pour enfin faire des propositions utiles pour tous les Européens !